Opinion

  • Éditorial

Retour

Mardi 28 Juin 2022 - 19:14

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Après deux années d’éclipse due à la pandémie du coronavirus covid-19, la fête internationale de la musique a repris sa ferveur d’antan. Les amoureux de l’art ont rempli le 21 juin les lieux publics et les salles de spectacles pour célébrer un événement qui a intégré les cultures mondiales.

 Au Congo, l’Union des musiciens congolais (UMC) s’emploie désormais à coupler la fête de la musique avec la sape. Cette année, il a été inscrit au programme des activités musicales et des parades de sapeurs dans les douze départements du pays.  L’objectif étant, selon les initiateurs, de consolider la paix et l’unité nationale à travers la musique et le vestimentaire.

Au même titre que le sport, la musique et la sape brisent les barrières ethniques, régionales et participent à la cohésion sociale comme le considèrent les membres de l’UMC qui ont mis à profit cette occasion pour créer un cadre d’expression aux musiciens.  

Cette initiative de l’UMC se justifie par le fait que lors des précédentes éditions, les activités n’étaient organisées qu’à Brazzaville et Pointe-Noire. Cette fois-ci, les concerts gratuits ont eu lieu un peu partout sur l’ensemble du territoire national.

Les partenaires institutionnels, les entreprises commerciales, les médias ont été sollicités pour donner plus d’éclat aux festivités. En somme, la quarantième édition aura permis aux musiciens et aux mélomanes des deux Congo de magnifier l’inscription de la rumba au patrimoine universel de l’Unesco.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 10/8/2022 | Le bout du tunnel
▶ 9/8/2022 | Exemple
▶ 8/8/2022 | Apatridie
▶ 6/8/2022 | Béances
▶ 4/8/2022 | Récurrence
▶ 4/8/2022 | Tenir bon
▶ 4/8/2022 | « Renards de surface »
▶ 2/8/2022 | Mémorial
▶ 1/8/2022 | Ensablement
▶ 31/7/2022 | Parlez-vous!