Opinion

  • Éditorial

Saluons

Mardi 16 Février 2021 - 18:34

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui, saluons dès à présent celles et ceux qui n’attendent pas l’approche immédiate du grand scrutin électoral du 21 mars prochain pour aller sur le terrain à la rencontre des citoyennes et citoyens de tous bords dans le but d’échanger sur les problèmes essentiels dont la résolution permettra demain au Congo de progresser dans tous les domaines. Si ces visites ne s’inscrivent pas dans le processus très règlementé de la campagne électorale, elles présentent l’avantage majeur de convaincre la société civile que l’Etat, la présidence, les administrations, la haute fonction publique, les responsables des grandes institutions, les élus nationaux et locaux se mobilisent de façon très concrète.

 

Ce que les Congolaises et les Congolais attendent, espèrent aujourd’hui c’est bien , en effet, d’avoir la confirmation par des voix autorisées qu’au-delà des partis politiques, des leaders de la majorité comme de l’opposition, des différentes tendances de la classe dirigeante, les grands scrutins à venir de 2021 et 2022 – élection présidentielle, élections législatives, élections locales – permettront de débattre de façon sereine, apaisée, positive sur les questions majeures telles que la santé, l’éducation, la formation, l’emploi, l’aménagement du territoire national, l’intégration régionale, l’ouverture sur le monde, bref la poursuite des avancées de toutes sortes qui rendront demain la vie de chacun plus facile qu’aujourd’hui. Mais qui, également, assureront un futur plus serein, plus prospère aux nouvelles générations.

 

Quitter Brazzaville, notre capitale, pour rencontrer dans tous les départements que compte le Congo les populations, débattre avec elles, écouter leurs doléances, enregistrer leurs attentes, vérifier la qualité des projets qui marqueront le quinquennat à venir est un devoir qui s’impose à toutes celles et à tous ceux qui veulent occuper demain une place dans la gouvernance nationale. Un devoir qui, bien évidemment, sera perçu dans les jours et les semaines à venir comme un engagement précis dans les différentes villes et villages du pays.

 

Anticiper l’avenir proche et lointain non de façon théorique mais de façon très concrète, très pragmatique n’a, en vérité, jamais été aussi important que dans le moment présent.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 5/3/2021 | 8 mars
▶ 4/3/2021 | A vos marques !
▶ 3/3/2021 | Attention !
▶ 2/3/2021 | Droit à la parole
▶ 1/3/2021 | Leçon
▶ 27/2/2021 | Cela bouge
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !