Opinion

  • Éditorial

Sécurité

Mercredi 15 Décembre 2021 - 11:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce que nous confirme la terrible crise dans laquelle s’enfoncent les uns après les autres les pays du Sahel-Sahara est bien le fait que seule la coopération dans le domaine sécuritaire, entre les nations d’une même zone géographique, peut permettre le maintien ou la restauration de la paix là où elle se trouve menacée par des forces obscures. Croire, en effet, que des puissances extérieures au continent peuvent protéger les peuples concernés relève de l’utopie comme on l’a constaté en Irak, en Afghanistan et comme on le voit aujourd’hui beaucoup plus près de nous, au Mali, au Burkina Faso, en Centrafrique ou même dans l’Est de notre voisine et notre sœur la République démocratique du Congo.

Si les nations du Bassin du Congo veulent se protéger contre les milices de tout poil qui tentent d’imposer leur loi d’airain dans le but, notamment, d’exploiter leurs très riches ressources naturelles, elles vont donc devoir enfin s’entendre sur l’essentiel qui est de construire un système de défense capable de prévenir les crises, d’anticiper les agressions, de protéger la population et donc de faire régner la sécurité sur toute l’étendue de l’Afrique centrale.

Dans le moment très particulier que nous vivons où les difficultés économiques s’aggravent en raison de l’expansion du coronavirus et de ses différents variants, soutenir un tel projet peut sembler fou ou quelque peu illusoire. Mais en réalité, si l’on réfléchit bien, toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour le concrétiser rapidement car le Bassin du Congo est l’une des régions naturellement les plus riches du globe et ses dirigeants sont, pour la plupart, conscients que la seule façon de le protéger durablement contre les menaces extérieures sera de s’accorder sur l’essentiel qui est la sécurité intérieure de chaque Etat.

Si un Sommet réunissant les dirigeants de l’Afrique centrale dans le but de mettre en place une organisation de défense interne et externe se tenait en 2022 dans l’une ou l’autre des capitales de la région, l’on peut être certain qu’il permettrait de résoudre les problèmes de sécurité présents et à venir. Mais aussi, ce qui n’est pas rien, qu’il achèverait de convaincre les investisseurs publics et privés des cinq continents  d’accompagner sans plus tarder tous les peuples du Bassin du Congo dans leur longue marche vers le progrès.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/1/2022 | Absurde !
▶ 17/1/2022 | Violences
▶ 15/1/2022 | Reconduction 2
▶ 13/1/2022 | Maintenance
▶ 12/1/2022 | Pied de grue...
▶ 11/1/2022 | Fossé
▶ 10/1/2022 | Soutien
▶ 8/1/2022 | Offre de service
▶ 6/1/2022 | Voix
▶ 6/1/2022 | Reconduction 1