Opinion

  • Éditorial

Sexy ou vulgaire ?

Jeudi 19 Janvier 2023 - 18:36

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Entre les deux, la petite marge d’estimation est presque imperceptible. Si l’on ne met pas une petite dose d’ordre et de subtilité, être sexy pour les femmes d’aujourd’hui, pour les jeunes congolaises notamment, risque d’être outrancier. Et c’est déjà dans la démesure pour ainsi dire au vu d’un code vestimentaire qui défraie de plus en plus la chronique et offense la dignité dans son ensemble.

À l’heure où la mode excommunie les élites et embrasse des codes plus populaires, la frontière entre sexy, chic et vulgaire n’a jamais été aussi fluctuante. Jean à taille basse dévoilant derrière et devant le sous-vêtement, tissus ultra transparents, robe moulante hors évènement, décolleté vertigineux, la liste est longue des règles vestimentaires sulfureux qui ne laissent personne indifférent.

Même si on assiste à une grogne générale de la société et des parents, complètement éreintés, rien ne semble arrêter ces femmes obnubilées par le show des stars et autres modèles, en course contre la célébrité, qui affichent aisément leur féminité sur les nouveaux médias.

Si la tendance est générale, celle de nos jeunes artistes féminins ajoute de l’huile sur le feu. Qu’elles soient artistes de rap ou de RnB, ou bien encore influenceuses, elles dévoilent leurs charmes supposés de la plus légère façon qui soit pour attirer l’attention. Comment y remédier ? La réponse reste difficile tant que les libertés individuelles n’auront pas leur limite.

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 26/1/2023 | Cri du cœur
▶ 25/1/2023 | IRM
▶ 24/1/2023 | Hommage
▶ 23/1/2023 | Institut
▶ 21/1/2023 | Carte d'identité
▶ 19/1/2023 | Sécurité alimentaire
▶ 19/1/2023 | Sexy ou vulgaire ?
▶ 18/1/2023 | Passage à vide
▶ 18/1/2023 | Choix
▶ 16/1/2023 | Entrepreneuriat agricole