Opinion

  • Éditorial

Tout de même

Samedi 24 Septembre 2022 - 16:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Par devoir pour l’information de nos nombreux lecteurs, nous avons tenu à relayer dans nos colonnes une note qui ne nous était pas destinée. Mais elle était importante à nos yeux, parce que parallèlement nous avions, quelques jours auparavant, rendu compte comme nous le faisons au quotidien, de l’ambiance dans le milieu des volontaires de l’enseignement.

Il s’agit de ces jeunes hommes et femmes amoureux de leur métier d’éducateur, confrontés chaque année à la sempiternelle question de leur recrutement au sein de la Fonction publique ; parfois au versement de sommes qui leur sont dues par l’Etat au titre de leurs primes et indemnités. Bien souvent, ces personnels attendent la veille de la rentrée des classes pour agiter le spectre d’une grève illimitée, la seule arme dont ils disposent pour se faire entendre.

Et cette année encore, au sortir d’une concertation à Brazzaville, les enseignants volontaires sont montés au créneau pour répéter leurs désideratas : le solde de cinq mois d’arriérés de bourse, l’attribution de cinq mille postes permanents. Faute de quoi, ils menaçaient d’exercer leur droit de grève dès le 1er octobre, à quarante-huit heures du début de la nouvelle année scolaire.

Le coup de gueule, peut-être enfin de compte le cri du cœur des enseignants volontaires, a produit ses effets dans les meilleurs délais. Le 19 septembre, la tutelle a répondu positivement à leurs doléances. A travers un communiqué invitant les finalistes de plusieurs écoles de formation du secteur à apprêter leurs dossiers avec tous les justificatifs possibles pour être enrôlés.

Un immense soulagement pour les instituteurs concernés et leurs familles, pour les apprenants et leurs proches, pour l’Etat dont la dextérité a permis d’éviter des perturbations dommageables au seuil de la rentrée. Quant à la presse écrite, dans cette affaire, elle a dû se contenter d'un laconique message formulé à l'intention de toute « personne à l’écoute du présent communiqué est priée d’en informer les intéressés ».  Ce communiqué étant tout bonnement intitulé « communiqué radiodiffusé ».  Ce qui nous laisse pantois !

Et si l'on pensait de temps en temps à nous, médias de presse écrite, qui avons la capacité de faire correctement notre travail ?

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 9/12/2022 | Répétition
▶ 7/12/2022 | Jeux scolaires
▶ 7/12/2022 | Desserte
▶ 7/12/2022 | Sanction
▶ 3/12/2022 | Combien sont-ils?
▶ 1/12/2022 | Egaliser
▶ 1/12/2022 | Conditions de travail
▶ 30/11/2022 | Projection
▶ 5/12/2022 | Progrès accomplis
▶ 25/11/2022 | Cinquante ans