Opinion

  • Éditorial

Union

Jeudi 14 Octobre 2021 - 19:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il fallait une preuve que notre pays se prépare et s’organise non seulement pour sortir au plus vite de la crise qu’il traverse depuis des mois, mais aussi pour accroître son influence dans la sphère diplomatique, la multiplication des contacts à haut, très haut niveau qui marque ce temps est là pour l’apporter. Conscient du rôle qu’il peut jouer dans la résolution ou la prévention des conflits qui menacent l’Afrique centrale et perçu par les puissances étrangères comme la seule nation véritablement stable de cette partie du continent, le Congo, notre Congo s’emploie très opportunément à resserrer ses liens avec le monde extérieur. Il crée, ce faisant, les conditions d’un rebond économique et social dont les retombées seront, à coup sûr et à brève échéance, porteuses de grands progrès pour chacun d’entre nous.

Dans le même temps où l’Etat concrétise cette stratégie déterminée par le président de la République avant même d’être élu pour un nouveau quinquennat et appliquée de façon très concrète par le nouveau gouvernement, la nation congolaise dans son ensemble doit prendre la juste mesure des retombées qu’elle aura si les objectifs fixés sont atteints rapidement. Et, par conséquent, faire en sorte que l’image de notre pays soit positive dans tous les domaines, qu’il s’agisse de l’activité économique, de la remise en ordre des finances publiques, de la sécurité intérieure, de la poursuite des grands travaux d’infrastructure, de l’exploitation rationnelle de nos ressources naturelles, de l’éducation et de la formation des nouvelles générations, de la culture et de l’art, de la communication entendue dans son sens le plus large…

Dans ce contexte très prometteur en dépit de l’aggravation de la pandémie du coronavirus et des obstacles financiers qui s’élèvent toujours sur notre route, rien n’est plus important que de renforcer l’union nationale restaurée à la sortie des guerres civiles de la fin du siècle précédent. Et, par conséquent, de faire en sorte que le débat politique à venir, dans le cadre des échéances électorales de l’an 2022, demeure calme, serein, ouvert, exempt de violences verbales ou autres qui projetteraient de notre pays une image négative dans le moment même où celui-ci a entre ses mains tous les moyens de faire valoir sa place, son rôle dans la communauté internationale.

Rappelons-le encore et toujours : l’enjeu est considérable à tous égards pour chacune, pour chacun de nous.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 27/10/2021 | Khartoum
▶ 26/10/2021 | Poumon
▶ 25/10/2021 | Et le coronavirus …
▶ 23/10/2021 | Consommation
▶ 21/10/2021 | Alarme
▶ 20/10/2021 | COP26: message du Congo
▶ 19/10/2021 | Sécurité
▶ 18/10/2021 | Vulnérabilité
▶ 16/10/2021 | "Coup de poing"
▶ 14/10/2021 | Union