Affaire 100 jours : Daniel Shangalume Nkingi alias "Massaro" aux arrêts

Samedi 16 Mai 2020 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le neveu de Vital Kamerhe, Daniel Shangalume Nkingi dit “Massaro” est reproché de complicité, mais également d'être à la source de la relation entre son oncle et l'homme d'affaire libanais, Jammal Samih, patron de la société Samibo à qui a été confié le projet de construction des logements sociaux.

Le procès mettant en cause l’ex-directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe et compagnie dans l’affaire de détournement présumé des fonds alloués dans le cadre du programme des 100 jours initié par le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, vient de connaître un nouvel essor avec l’arrestation de Daniel Shangalume Nkingi, alias Massaro. Présenté comme le neveu de Vital Kamerhe, l’intéressé qui était en cavale a finalement été appréhendé le vendredi 15 mai, après plusieurs semaines de recherche, à la périphérie est de Kinshasa. Les éléments de l'Agence nationale de renseignements (ANR) ont cueilli le fugitif vers le plateau Bateke alors qu’il tentait de gagner Kwango dans la province de Bandundu. Les restrictions des mouvements dues au coronavirus l’ont empêché de poursuivre son itinérance. Ce joli coup de filet a été rendu possible grâce aux écoutes et repérages téléphoniques, indique-t-on.

Détenu pour l’heure dans les  geôles de l’ANR, Daniel Massaro qui faisait l'objet d'un mandat d'amener émis par la justice, sera transféré dès ce lundi 18 mai au Parquet, apprend-on. Avec ce nouveau développement, il est un fait que plusieurs zones d’ombre qui obstruent encore la manifestation de la vérité dans ce procès pourront être levées, car l’intéressé passe pour le maillon de la chaîne qui manquait pour établir la relation entre Vital Kamerhe et le libanais Samih Jammal. Lors de leur première comparution le 11 mai, les deux hommes se sont ignorés superbement alors qu’il sont tous deux impliqués dans la transaction concernant le contrat des maisons préfabriquées pour laquelle ils sont, entre autres, poursuivis. D’après les pièces, le fameux Daniel Massaro est soupçonné d’avoir joué le rôle d’entremetteur entre son oncle et l’homme d’affaires libanais qu’il a réussi à rapprocher dans la transaction liée au projet de construction des logements sociaux avec, à la clé, un détournement présumé de plus de cinquante millions de dollars moyennant une juteuse retro commission. Il est clair qu’à la reprise du procès le 25 mai, Daniel Massaro pourra éclairer le tribunal sur les relations d’affaires qu’il a entretenues avec les deux précités, ce qui fera sûrement avancer le dossier.  

Chargé d'étude au ministère du Budget, il avait disparu le jour même où il devait être entendu au parquet de Kinshasa-Matete, le 9 avril, au lendemain de l'arrestation de son oncle. Il demeure un des éléments-clé du contrat octroyé à la société Samibo pour la construction de maisons préfabriquées et sa déposition s’avère déterminante pour la poursuite des enquêtes.  

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Daniel Masaro

Notification: 

Non