Politique


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 16:45

Les deux familles politiques semblent décidées à jouer, à moins de deux mois de la fin de l’année, la carte de l’affrontement.

Après le succès mitigé de la journée-ville morte décrétée le 15 novembre par l’opposition radicale en synergie avec quelques mouvements citoyens,  une marche pacifique est projetée pour dire « non » au calendrier électoral et appeler au départ du chef de l’État, Joseph Kabila. Une date a même été avancée, à savoir le 28 novembre prochain.

Le Rassemblement/Limete qui a promis de faire pression sur le régime en cette période de fin d’année, via des actions de masse, vient de passer à la vitesse supérieure. Liant la parole à l’acte, Félix Tshisekedi et ses compagnons du Rassop/Limete entendent, cette fois-ci, donner du fil à retordre au pouvoir en précipitant, s’il en faut, le départ du président de la ... Lire la suite


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 17:00

Le mouvement vient de rejeter à son tour le calendrier électoral qui fixe l'organisation des élections générales en décembre 2018.

 

Dans une déclaration rendue publique, le mouvement Engagement citoyen pour le changement (Eccha) a décrié le chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), instance d’appui à la démocratie. « Nous, Eccha, rejetons en bloc ce calendrier tel que publié par la Céni, car ne reflétant ni l’esprit ni la lettre de l’accord du 31 décembre 2016 dans toutes ses dispositions; rappelons l’illégitimité de toutes les institutions étatiques en République démocratique du Congo et mettons en garde M. Nangaa et ses complices au sein de la Céni qui ont pris le pays en otage en vue de maintenir M. Kabila et son régime au pouvoir », peut-on lire dans cette déclaration.

Aussi Eccha appelle-t-il à l’usage ... Lire la suite


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 17:00

La photo d'une enfant arrêtée lors des manifestations anti-président Joseph Kabila, le 15 novembre, en République démocratique du Congo, selon les opposants, a provoqué leur colère. Mais la police a affirmé, le 17 novembre, que la fillette avait "violenté les forces de l'ordre".

La photo montre une fillette habillée d'un pantalon rose et d'un chemisier blanc, entourée de six policiers dont l'un lui tient les bras dans le dos comme s'il la menottait, devant un cachot. D'après le mouvement citoyen la Lutte pour le changement (Lucha), il s'agit de Binja Yalala, 15 ans, lors de son interpellation avec quatorze autres personnes le 15 novembre sur l'île d'Idjwi, dans le Sud-Kivu (est). La photo a été largement partagée sur les réseaux sociaux par les opposants sous le mot-dièse #JesuisYalala.

"A mon âge, les autres enfants mangent à leur faim, vont dans de bonnes ... Lire la suite


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 13:23

 L’avenir des relations entre les deux pays a été au centre des entretiens que l’ambassadeur Todd Philip Haskell a eus avec le président du Sénat, Pierre Ngolo, le 16 novembre à Brazzaville.

Se confiant à la presse, le diplomate américain a laissé entendre qu’outre le volet relations entre les deux pays, d’autres questions, notamment celles liées à la sécurité de la sous-région, la diversification de l’économie du Congo et aux efforts fournis par le gouvernement dans la résolution du conflit dans le Pool, ont également fait l’objet de leurs échanges.

 

 

 

 

 

 


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 13:15

Au cours d’une conférence de presse animée le 17 novembre à Brazzaville, le président de l’Union des démocrates humanistes Yuki (UDH-Yuki), a plaidé pour la tenue d’une concertation nationale afin de résoudre la crise économique, financière et sociale que traverse le pays.

Guy-Brice Parfait Kolélas s'est longuement attardé, lors de son échange avec la presse, sur la situation économique et financière du Congo, sans oublier la situation humanitaire dans le département du Pool. Aussi a-t-il invité le chef de l'Etat à persévérer dans la voie de la recherche de la paix et de l'unité nationale, en associant toutes les intelligences du pays. « Monsieur le président de la République, vous êtes le garant de la paix et de l’unité nationale. Vous avez eu le courage de reconnaître les difficultés économiques et financières, aux conséquences sociales graves, ... Lire la suite


Politique
Samedi 18 Novembre 2017 - 15:15

Le 10e anniversaire de la disparition de l’ancien secrétaire général du Parti congolais du travai (PCT) a été célébré dans la ville océane, le 17 novembre, sur le thème « Ambroise Édouard Noumazalay, un stratège politique aux grandes capacités d’écoute ».

Victor Foudi, président fédéral du PCT Pointe-Noire, accompagné d’autres membres, ont participé à la rencontre organisée au siège du parti. Ils ont déclaré que le thème choisi a montré ce que fut l’homme, ses choix, sa pratique. Il revient ainsi aux membres de ce parti de pérenniser un tel héritage.

En effet, conformément à ce thème, Albert Gaston Saboga, secrétaire fédéral à la communication, a évoqué la mémoire de l’ancien secrétaire général du PCT. On y a retenu qu’Ambroise Edouard Noumazalay fut un fidèle militant de son parti et un fin stratège. Il aimait le ... Lire la suite


Politique
Vendredi 17 Novembre 2017 - 13:45

Une décennie s'est écoulée, depuis que Dieu a rappelé à lui, l’ancien secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT) et ancien président du Sénat, le 17 novembre 2007 à Paris, en France.

Les membres et sympathisants du PCT, avec à leur tête le secrétaire général du parti et président du Sénat, Pierre Ngolo, ont déposé, ce 17 novembre, une gerbe de fleurs sur la tombe de l’illustre disparu, au Mausolée Marien-Ngouabi de Brazzaville.

La direction politique du parti a placé cet évènement sur le thème : « Ambroise Edouard Noumazalay, un stratège politique aux grandes capacités d’écoute ». En effet, pour Anatole Kondo, fidèle collaborateur de l’illustre disparu et membre du PCT, Noumazalay a été une école de vie et d’apprentissage de l’administration pour la plupart des personnes qui ont travaillé sous lui.

« Nous lui devons la ... Lire la suite


Politique
Jeudi 16 Novembre 2017 - 19:21

L'Union européenne (UE), la Suisse, les Etats-Unis et le Canada ont déploré  les appels de certaines autorités nationales à la perturbation des manifestations pacifiques organisées par la société civile et l’opposition. Ce qui ne correspond pas aux principes démocratiques et au respect des libertés d’expression et de réunion.

 

Dans une déclaration commune du 16 novembre 2017 relative aux manifestations du 15 novembre en RDC, la Délégation de l’UE, en accord avec les chefs de Mission des pays membres de l'UE présents à Kinshasa, des États-Unis, de la Suisse et du Canada, a exprimé ses vives préoccupations face à des déclarations récentes, attribuées à un certain nombre de responsables des forces de police congolaises et de Gouverneurs de province « ayant annoncé de manière anticipatoire la perturbation de manifestations pacifiques organisées par la ... Lire la suite


Politique
Jeudi 16 Novembre 2017 - 19:32

La mobilisation contre le chef de l'Etat a été fermement contenue le 15 novembre en République démocratique du Congo, à la grande satisfaction des autorités, de nouveau interpellées par les Nations unies sur le respect de la liberté d'expression.

Aucun incident majeur n'a marqué cette journée de mobilisation contre le calendrier électoral qui fixe les prochaines élections au 23 décembre 2018. Les organisateurs -opposition et mouvements citoyens- exigent le départ du président Joseph Kabila dès la fin de cette année. Un "délinquant" a été blessé par balles à Kinshasa et dix-neuf manifestants ont été arrêtés à Goma (6), Lubumbashi (7) et Matadi (6), a affirmé la Police nationale dans un communiqué. Le communiqué mentionne des incidents isolés (pneus brûlés, bus incendié...) dans plusieurs villes et salue "la maturité" des Congolais "qui n'ont pas ... Lire la suite


Politique
Jeudi 16 Novembre 2017 - 19:00

De l'avis général, les députés et les sénateurs donneraient l'impression de reléguer au second plan les matières électorales au profit des motions de censure et autres sujets moins prioritaires sans relation directe avec les scrutins de décembre 2018.

Le cap est désormais mis sur décembre 2018, échéance fixée par la Céni dans son nouveau calendrier électoral pour l’organisation des élections en RDC. Tout aujourd’hui porte à croire, au regard des soutiens tant internes qu’externes manifestés à l'endroit de ce chronogramme, que les uns et les autres ont finalement compris l’intérêt qu'ils ont de canaliser leurs énergies vers la réalisation de cet objectif. Hormis quelques velléités contestataires manifestées par l’opposition radicale en synergie avec des mouvements citoyens et une certaine société civile apparentée, une dynamique porteuse ... Lire la suite

Pages