Afrique : la vidéosurveillance à la conquête du continent

Samedi 2 Mars 2019 - 13:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Reconnaissance faciale, croisement des données..., tels sont les systèmes de vidéosurveillance à la conquête de l'urbanisme, de la croissance, de la connectivité, etc., en matière des données personnelles sur le continent.

La capitale du Maroc, Rabat, vient d'organiser le "premier salon africain 100% technologique dédié à la sécurité et la sûreté" (Asec), avec la présence de plusieurs groupes internationaux, dont le Chinois Huawei. Ce dernier a vanté les performances des systèmes "ville sûre" déployés dans de grandes villes africaines (Abidjan, Nairobi, Yaoundé, Bamako ou Marrakech).

Au niveau mondial, une dizaine de groupes se partage le marché de la vidéosurveillance évalué à quelque trente milliards de dollars en 2017, et qui devrait enregistrer une croissance annuelle à deux chiffres selon des analystes. "Pour développer le tourisme ou le commerce, il faut d'abord sécuriser les rues ", explique un commercial.

Les nouveaux centres de commande sont conçus comme des cerveaux capables de détecter instantanément toute forme de crime, d'accident, de désastre naturel ou de désordre civil pour déclencher une réponse rapide et appropriée. Avec le traitement analytique des données par l'intelligence artificielle, les foules ne sont plus anonymes: chaque passant peut être filmé par des caméras, chaque image traitée en temps réel par des algorithmes de reconnaissance faciale, stockée dans des bases de données enrichies par des informations collectées sur différentes plates-formes, dont les réseaux sociaux.

En Afrique, les habitants ont souvent un meilleur accès aux téléphones portables qu'aux services de base. Selon une étude du cabinet Deloitte publiée en 2018, six cent soixante millions d'Africains devraient être équipés d'un smartphone en 2020, soit plus d'un habitant sur deux.

Noël Ndong

Notification: 

Non