Aide au développement : une partie de l'aide serait détournée

Lundi 24 Février 2020 - 12:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Un rapport de la Banque mondiale (BM) indique qu’une partie de l’aide au développement est détournée vers les centres financiers offshores. Cette aide bénéficie beaucoup plus aux pays africains.

L'aide détournée ne participera donc pas à la réduction de la pauvreté notamment en Afrique. La confirmation de ces révélations est attendue. Ce serait un camouflet pour la BM. L’aide au développement s’est élevée à 163 milliards de dollars en 2017 et a augmenté de 50% en dix ans, selon la BM, dans un rapport interne, qui remet en cause l’efficacité des aides aux pays en de développement (PED).

Une bonne partie de ces financements serait détournée et transférée vers des paradis fiscaux, relèvent les auteurs de l’étude. Les détournements correspondraient à 7,5% des versements de la BM. Plus la dépendance est forte, plus la part qui est détournée est importante. Elle atteindrait 15% dans certains pays.

Le Fonds monétaire international (FMI) évalue à 200 milliards de dollars par an le montant de l’évasion fiscale des multinationales hors des pays en développement. En ajoutant ces possibles déroutements des aides publiques au développement vers les centres financiers offshores, les conséquences sont immenses. Le déficit en infrastructures est encore immense dans de nombreux pays et la diversification des économies est très lente.

Si les révélations sont confirmées, ce serait un camouflet pour la BM en termes de confiance. Des observateurs relèvent des tensions au sein de l’institution. La récente démission de l’économiste en chef de la BM serait liée à des tentatives de censure de cette étude controversée. Cette aide bénéficie aux pays en développement, dont une grande partie se trouve en Afrique.

Noël Ndong

Notification: 

Non