Alimentation : la qualité nutritionnelle préoccupe les dirigeants du monde

Jeudi 20 Novembre 2014 - 12:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) ouverte le 19 novembre prendra fin demain à Rome en Italie.  Durant ces jours, les dirigeants de la planète se sont penchés sur les principaux enjeux et défis nutritionnels du 21e siècle à l’échelle mondiale.

Sur le thème « une meilleure nutrition, c’est une meilleure qualité de vie », cette conférence est une initiative majeure des dirigeants du monde à renforcer leurs efforts pour éliminer la malnutrition.  Les assises sont l’occasion d’approuver la Déclaration de Rome sur la nutrition et son cadre d’action.

Le coordonnateur FAO du secrétariat de la CIN2, Brian Thompson a parlé du bien-fondé de ces instruments. « La Déclaration de Rome est un document politique qui vise à faire face aux enjeux et aux défis nutritionnels d’aujourd’hui. Réaffirmant les engagements pris lors de la première Conférence internationale sur la nutrition en 1992, elle engage les pays à éliminer, à l’échelle mondiale, la faim et à prévenir toutes formes de malnutrition, en particulier la dénutrition chez les enfants, ainsi que les carences en micronutriments, en particulier l’anémie chez les femmes et les enfants, et à inverser la tendance à la hausse de l’obésité. La Déclaration de Rome sur la nutrition engage tous les pays à prendre 10 mesures en vue de transformer leurs engagements en matière de nutrition en actions », a-t-il expliqué.

Parlant du cadre d’action de la Déclaration, Brian Thompson a dit qu’il « propose une liste de 60 recommandations politiques et stratégiques qui peuvent être intégrées dans les plans nationaux relatifs à la nutrition, à la santé, à l’agriculture, au développement et à l’investissement, afin de garantir à tous une meilleure nutrition ». « Il préconise la création d’un environnement favorable à une action efficace et des mesures à l’appui de systèmes alimentaires durables.», a conclu le coordonnateur FAO du secrétariat de la CIN2.

Ces documents, une fois approuvés, engageront les pays signataires à assurer l’obligation redditionnelle et le suivi des progrès réalisés à l’égard des objectifs nutritionnels mondiaux qui doivent être atteints d’ici à 2025.

L’engagement des dirigeants, comprend la possibilité d’introduire un objectif mondial relatif à la nutrition dans le cadre du programme de développement pour l'après 2015. Les gouvernements nationaux peuvent emprunter des voies diverses pour atteindre ces objectifs, et sont encouragés à établir leurs propres objectifs en matière de nutrition en fonction de la situation propre à leur pays.

 

Nestor N'Gampoula et Fiacre Kombo