Assainissement : l’Unicef réaffirme son appui au Congo

Samedi 21 Novembre 2020 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a affirmé de nouveau, le 19 novembre, son engagement à accompagner le pays à éradiquer la défécation à l’air libre d’ici  à 2025, afin que tous les enfants jouissent de leur droit à un environnement sain.

L’institution onusienne a dévoilé son engagement dans son message lu par la représentante de l’Unicef au Congo, Micaela Marques de Sousa, à l’occasion de la journée internationale des toilettes célébrée sur le thème: « Assainissement durable et changement climatique ».  

Au Congo, ce thème a une importance capitale parce que le pays a connu depuis deux ans de fortes inondations dans la partie nord, poursuit le message, ajoutant que ces inondations ont affecté plus de 170.000 personnes, présentant une vraie menace pour le système d’assainissement.

A cet effet, les communautés dans le département des Plateaux ont trouvé leurs ouvrages d’assainissement et des sources d’approvisionnement en eau potable détruits, source de défécation à l’air libre. Les dégâts observés appellent à l’urgence de s’allier autour de l’assainissement et de lutter contre la défécation à l’air libre, précise Micaela Marques de Sousa.

Selon les dernières données issues de l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS 2014-2015), presque quatre habitants sur dix dans le département des Plateaux utilisent cette pratique des excréments à l’air libre.

En 2019, les données du programme conjoint de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Unicef de surveillance de l’approvisionnement en eau, assainissement et hygiène sur les 2,4 millions de personnes au Congo qui sont privées d’un assainissement amélioré, environ quatre cent soixante-dix mille personnes continuent à pratiquer la défécation à l’air libre. C’est ainsi que l’Unicef organise un atelier avec vingt-quatre villages du corridor fluvial en vue d’une réflexion pour apporter des solutions endogènes d’assainissement basées sur les ressources locales et des valeurs culturelles afin de mitiger les impacts du changement climatique.

« L’assainissement n’est pas un privilège. La défécation à l’air libre est un dilemme social préjudiciable pour la santé, l’éducation et la nutrition des enfants. L’impact psychologique touche en particulier les femmes et les filles qui sont privées de leur dignité », a dit Micaela Marques de Sousa.

Abordant le volet de la coopération avec le Congo, la représentante de l’Unicef explique que l’institution en coordination avec le ministère de l’Energie et de l’Hydraulique et ses partenaires de la société civile ont mis en œuvre entre 2018 et 2020 un programme d’assainissement durable qui met en avant des approches novatrices pilotées par les communautés.

Environ cent douze villages des départements de la Lékoumou et des Plateaux ont été certifiés sans défécation à l’air libre, ce qui équivaut à environ quarante cinq mille personnes qui jouissent de leurs droits à un assainissement amélioré, ajoutant que des efforts doivent encore être réalisés au Congo pour atteindre l’Objectif de développement durable 6. Eau et assainissement pour tous d’ici à 2030.   

Lydie Gisèle Oko

Notification: 

Non