Assemblée nationale: le directeur pays du Fida reçu par Jeannine Mabunda

Lundi 14 Octobre 2019 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Abdelhaq Hanafi est allé échanger avec la présidente de la chambre basse du parlement, le 11 octobre, pour lui faire le point des projets menés par son institution en République démocratique du Congo (RDC).

La rencontre entre les deux personnalités, a indiqué un communiqué du Fonds international de développement agricole (Fida), fait suite à celle que la présidente de l’Assemblée nationale a eue, le 4 octobre à Rome, en Italie, avec le président du Fida, Gilbert François Houngbo.

Au Palais du peuple, il a été donc question pour le bureau pays du Fida de faire le suivi de ces échanges de Rome au cours desquels Jeannine Mabunda avait fait le plaidoyer de son pays pour s’assurer que les interventions du Fida se poursuivent et s’intensifient; leur impact en milieu rural étant très important car la RDC est un pays rural à 80% ». 

Les deux parties ont ainsi convenu que la jeunesse rurale doit occuper une place de choix dans les projets financés par le Fida. « Une jeunesse professionnalisée et formée à l’entrepreneuriat agricole peut aider à résoudre la question liée à la surpopulation urbaine », a estimé la présidente de l’Assemblée nationale.

Le sud-est du pays frappé par la pénurie du maïs

Jeannine Mabunda et Abdelhaq Hanafi ont également évoqué la pénurie du maïs qui frappe la partie sud-est du pays, dont les provinces du Haut Katanga, de Tanganyika, de Lualaba et de Lomami. Cette carence, ont-ils regretté, oblige cette partie de la RDC à recourir aux importations massives d’une denrée pour laquelle le pays dispose d’énormes potentialités de production. Le Fida a ainsi promis un appui en semences pour aider les agriculteurs à améliorer leur production.

Par ailleurs, Abdelhaq Hanafi a remercié son hôte pour l’intérêt porté par son institution sur le portefeuille du Fida en RDC, un portefeuille fort de trois projets actifs dont le Programme d’appui aux pôles à l’approvisionnement de Kinshasa en produits vivriers et maraîchers, le Programme intégré de réhabilitation de l’agriculture dans la province du Maniema et le Programme d’aménagement du secteur agricole au Nord-Kivu. Tous ces programmes, note-t-on, représentent une enveloppe évaluée à plus de deux cents millions de dollars américains.

Un autre projet, en cours d'élaboration, porte sur les chaînes de valeur agricole et dont le processus de ratification par les deux parties (gouvernement congolais et Fida) sera bientôt engagé. Ce projet, selon le communiqué du Fida, sera mis en œuvre en 2020 et s’étendra sur quatre provinces, à savoir le Maniema, le Lomami, le Kasaï et le Kasaï central. Il sera financé à hauteur de cent trente millions par différents partenaires dont le Fida.

Le directeur pays de l'agence onusienne et la présidente de l’Assemblée nationale ont également échangé sur le processus de ratification préalable, dont la demande sera soumise en son temps par le gouvernement congolais à la chambre basse du parlement. Abdelhaq Hanafi, qui a confirmé que toutes les préoccupations exprimées par la présidente de l’Assemblée nationale rencontrent la stratégie d’intervention du Fida dans le pays, s’est dit heureux de compter désormais sur cette institution pour la mise en œuvre de différents projets de cette agence en RDC.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Abdelhaq Hanafi et Jeanine Mabunda/ Fida

Notification: 

Non