Autosuffisance alimentaire : un appui financier du gouvernement au bénéfice du Service national

Samedi 8 Août 2020 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

C’est tout le sens à donner à l’aide financière que le gouvernement est en voie d’accorder à cette structure sociale, aujourd’hui productrice de cinq mille tonnes de maïs en attente d’être acheminés vers les centres de consommation.

Le Service national, cette structure d’appui alimentaire destinée à la production  des vivres à mettre à la disposition des grands centres de consommation afin de réaliser l’autosuffisance alimentaire, n’a jamais mis la clé sous le paillasson. Il est certes vrai que depuis la disparition de son initiateur, Mzee Laurent Désiré Kabila, le Service national est tombé dans une léthargie qui a vu son niveau de production baisser sensiblement. Aujourd’hui, ce Service qui est placé sous l’autorité directe du chef de l’Etat vient d’être requinqué grâce à l’intérêt renouvelé lui accordé par Félix Tshisekedi qui veut en faire un levier important dans sa politique de lutte contre la pauvreté, ou mieux contre la famine.

C’est tout le sens à donner à l’aide financière que le gouvernement est en voie d’accorder à cette structure, aujourd’hui productrice de cinq mille tonnes de maïs en attente d’être acheminés vers les centres de consommation. L’option de cet appui financier a été levée au cours de la 43e réunion du Conseil des ministres tenue le vendredi 7 août par vidéo conférence. A en croire le compte-rendu fait à ce sujet par le porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele, cette disposition découle d’une requête faite à l’exécutif national par le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, mû par le souci de garantir une alimentation saine et suffisante aux Congolais habitant les grandes agglomérations. Bien qu’aucune indication n’ait été donnée sur les lieux de production de ces denrées, le ministre des Finances a reçu les instructions nécessaires de sorte à décaisser en urgence le montant concerné avant que la saison de pluie ne vienne compliquer le transport de cette production vers les centres de consommation.

Il s’agit là d’un point supplémentaire engrangé par Félix Tshisekedi sur le volet social qui souffre encore d’un déficit criant en termes de satisfaction par rapport aux promesses électorales. D’aucuns lui prêtent de bonnes intentions au regard de son obstination à changer le cours des choses, mais se ravisent en considérant les pesanteurs auxquelles il est censé faire face dans un contexte politique de coalition où seule sa bonne volonté ne suffit pas.

Rappelons que le gouvernement avait, en son temps, réquisitionné la logistique militaire comprenant notamment des camions afin d'évacuer les vivres de provinces du Kongo central, de l'ex-Bandundu vers Kinshasa afin de les inonder  et contourner la crise alimentaire qui se dessinait du fait de la covid-19. Cette deuxième action s’inscrit dans cette même dynamique et l’on ose croire qu’elle portera des résultats escomptés.   

Alain Diasso

Notification: 

Non