Bonne gouvernance : des ONG appellent à des mesures conservatoires contre Dan Gertler et ses sociétés affiliées

Lundi 24 Février 2020 - 17:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le collectif des organisations de la société civile "Le Congo n’est pas à vendre" vient de saisir, dans sa lettre du 21 février, le président de la République lui demandant de prendre des mesures conservatoires contre l’homme d’affaires Dan Gertler et ses sociétés affiliées pour des opérations maffieuses en RDC

La République démocratique du Congo perd continuellement des milliers de dollars au travers des transactions et pétrolières opaques et corrompues. Ces types de contrats souvent conclues avec des sociétés étrangères généralement contrôlées par des hommes d’affaires à la réputation sulfureuse font perdre au Trésor public d’immenses ressources financières. Il est fait état de la perte de plus d’un milliard de dollars américain de 2010 à 2012, à en croire le rapport d’enquête initié en son temps par les organisations de la société civile associées à la campagne "Le Congo n’est pas à vendre".

Cette structure associative impliquée dans le contrôle citoyen de la gestion des ressources minières du pays interpelle les autorités afin qu’elles ouvrent l’œil et le bon, en scrutant en profondeur des transactions engageant des opérateurs économiques étrangers. Le cas de l’homme d’affaires Dan Gertler et de ses sociétés affiliées opérant en RDC est évoqué par ce collectif d’ONG qui tient à voir clair dans les marchés conclus avec cet homme d’affaires. "Le Congo n’est à vendre" suggère l’initiation d’un audit indépendant de tous les contrats et transactions impliquant ce sujet israélien soupçonné de faire main basse sur les mines congolaises. Et de rappeler que le réseau de Dan Gertler est accusé par le Département du Trésor américain « non pas d’activités néfastes à l’étranger, mais bien de nuire aux caisses de l’État congolais et à sa bonne gouvernance ».  Cet affairiste aurait amassé sa fortune en RDC à travers des marchés nébuleux qui ont fait perdre au pays jusqu’à 1,4 milliard de dollars entre 2010 et 2012, à en croire le Trésor américain citant un rapport de l’Africa Progress Panel.   

Pour le collectif des organisations de la société civile "Le Congo n’est à vendre",  il est grand temps que l’homme d’affaires israélien, sous sanctions américaines, soit mis hors d’état de nuire « afin de limiter le risque de pratiques illicites qui pourraient porter préjudice aux finances publiques du pays ». Dans une lettre datée du 21 février adressée au chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, cette organisation plaide pour la prise des mesures conservatoires à l’encontre de l’incriminé à l’instar de celles prises en décembre 2019 contre Saleh Assi, également sous sanctions américaines et sa société « Pain Victoire ». Concrètement, ces ONG demandent à Félix Tshisekedi d’instruire la saisie et le gel des biens appartenant à Gertler, y compris et sans délai, le gel de tout compte en banque lui appartenant, d’ordonner aux sociétés étatiques de suspendre toute éventuelle transaction en cours de négociation l’impliquant avec ses sociétés affiliées.  

 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Dan Gertler

Notification: 

Non