Bouenza : appel à la diversification des groupements au-delà du secteur agricole

Jeudi 29 Octobre 2020 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Lors des descentes dans les districts et communautés urbaines du département de la Bouenza, la ministre en charge de la Promotion de la femme, Jacqueline Lydia Mikolo, a exhorté la gent féminine, qui constitue 52% de la population, à mettre en place des fédérations dans les secteurs comme la couture, la coiffure et bien d’autres pour permettre aux pouvoirs publics de les répertorier, les quantifier afin de leur venir facilement en aide.

« A Loutété, les femmes coiffeuses, ayant constitué un groupement, ont dressé un état de besoins pour solliciter l’appui du gouvernement. Cela signifie que les groupements sont valables pas seulement pour celles qui œuvrent dans l’agriculture, mais aussi dans les métiers comme la coiffure, la couture etc », a répété la ministre Jacqueline Lydia Mikolo, lors des échanges avec les femmes du département de la Bouenza sur des questions liées à leur autonomisation.

Les groupements, a-t-elle insisté, ne doivent pas être forcément agricoles parce que toutes les femmes ne sont pas appelées à faire l’agriculture.

Aussi, le fait de se constituer en groupements facilite la tâche aux pouvoirs publics et aux partenaires au développement de structurer l’aide à apporter de façon chiffrée, quantifiable. Lors de la pandémie liée à la Covid-19, en effet, les citoyens qui tiennent le secteur informel : soudeurs; peintres; coiffeuses; couturières ont eu du mal à bénéficier de l’aide, parce qu’ils ne se sont pas constitués en fédérations. Les familles pauvres et vulnérables qui perçoivent jusque-là des allocations ont eu la chance d’être répertoriées dans les fichiers des projets comme Lisungi.

Recensement

Jacqueline Lydia Mikolo a ainsi souligné l’importance du recensement pour lequel elle a invité la population et les autorités locales à s’impliquer dans le processus pour faciliter sa réalisation. « C’est une opération qui permet d’actualiser les informations sur l’effectif global de la population, les caractéristiques démographiques et socio-économiques pour mieux répondre aux besoins de la population en termes de santé, d’appui à l’autonomisation des femmes et bien d’autres domaines », a déclaré la ministre.

En rappel, dans le département de la Bouenza 70% des activités agricoles sont menées par des femmes. Par ailleurs, elles assurent 90% du taux de transformation et de commercialisation des produits agricoles locaux. La marche vers l’autonomisation voudrait que les groupements soient diversifiés en termes de secteur d’activités, afin que celles qui ne sont pas aptes à faire l’agriculture trouvent leur gagne-pain dans d’autres métiers.

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

La ministre en charge de la Promotion de la femme exhortant à la diversification des groupements

Notification: 

Non