Boxe des pharaons rénovée : la préparation des Diables rouges a pris un coup

Samedi 4 Avril 2020 - 13:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Lors du lancement de la saison 2019-2020, la Fédération congolaise de boxe des pharaons rénovée s’était fixé l'objectif d’optimiser sa performance globale. Malheureusement,  la pandémie de coronavirus qui a paralysé  toutes les activités sportives a cassé cette dynamique.

« Ce n’est qu’un report parce que nous savons que le coronavirus n’est pas éternel. Nous sommes en train de réfléchir à une stratégie qui nous permettrait de vite relancer les machines après la pandémie », a déclaré Jean Samba,  président de la fédération que nous avons joint au téléphone.

La crise sanitaire dont fait face le monde entier a visiblement eu raison de  la préparation des  Diables rouges de  la discipline. Ces derniers affûtaient leurs armes pour participer du 7 au 10 mai à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, à  la deuxième édition des championnats d’Afrique centrale. La sélection d’athlètes s’est faite en deux phases. D’abord une trentaine d’athlètes avait été présélectionnée avant que la fédération  ne retienne finalement que vingt-quatre.

Ces Diables rouges se préparaient pour livrer à Kinshasa des combats de hautes factures dans huit catégories de poids chez les messieurs (-55, -60, -65,-70, -75,-80, -85 et +85 kg) et en open chez les dames  avec les athlètes de la RDC, du Gabon , du Cameroun, de l’Angola (invité comme observateur) et les réfugiés de la République centrafricaine pris en charge par le HCR. «Nous étions en train de préparer ce rendez vous dans le but de conserver notre titre gagné l’année dernière à Brazzaville lors de la première édition. Car nous voulons rester le plus longtemps possible les premiers d’autant plus que c’est le Congo qui est le promoteur de cette discipline en Afrique », a précisé Jean Samba.

Lors de la première édition, le Congo s’était classé premier devant la RDC en glanant dix-huit médailles dont huit en or, sept en argent et trois en bronze. « Nous devons rester performants afin d’atteindre les résultats en termes de médailles », a souhaité le président de  cette fédération avant de poursuivre : «Nous avons de l'espoir que les choses pourront évoluer pour que nous participions à cette compétition afin de montrer l’étendue de notre talent .»

La participation à cette compétition n’était pas la seule préoccupation de la fédération. Elle était animée par la volonté de poursuivre le travail de la vulgarisation de la discipline sur toute l’étendue du territoire national. Pour le compte de cette saison, deux départements ont été ciblés, notamment  les Plateaux et la Sangha, pour augmenter le nombre des ligues à huit. «Nous envisageons de faire la promotion de notre discipline dans deux départements supplémentaires : dans les Plateaux et la Sangha. Nous n’avons pas les moyens pour arriver dans la Likouala. La saison dernière, nous étions dans la Cuvette et le Niari », a précisé Jean Samba. Notons que la boxe des pharaons renovée a été retenue au programme des Jeux africains de Brazzaville comme discipline de démonstration.

 

 

James Golden Eloué

Légendes et crédits photo : 

Les pratiquants de la boxe des pharaons renovée/Adiac

Notification: 

Non