Bradley Mazikou: “ Je reste un défenseur : j’aime les duels et les un-contre-un.”

Mardi 28 Juillet 2020 - 5:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le latéral gauche de 24 ans revient sur sa première saison en Bulgarie, conclue par une qualification en Ligue Europa.

Les Dépêches de Brazzaville (LDB) : Bradley, félicitations pour cette belle fin de saison, synonyme de qualification au tour préliminaire de la Ligue Europa. Une grande première pour toi, qui arrive de National 1.

Bradley Mazikou (B.M) : Merci. Je suis venu au CSKA, qui est grand de Bulgarie, pour ça. Cette qualification européenne était l'un des objectifs fixés par la direction. On aurait aimé accompagner cette qualification par une victoire en Coupe, mais on a raté notre finale. C’est le football.

LDB : Avec un peu de recul, est-ce que cette qualification attenue la frustration de la défaite en finale de la Coupe de Bulgarie ?

B.M : Pas tout à fait, non. Gagner une Coupe, c’est concret, c’est un trophée, une ligne sur le palmarès. Pour le club, pour les supporteurs et pour nous, les joueurs, c’était important d’aller au bout (ndlr: défaite aux tirs au but le 1er juillet).

LDB : A titre individuel, avec 31 matches joués, dont 25 en championnat. Ce bilan correspond à tes attentes en signant ici ?

B.M : Je suis arrivé sur la pointe des pieds, en provenance de National 1 dans ce championnat bulgare qui est de bon niveau. Pour autant, je ne m’étais pas fixé de limite et je crois avoir donné satisfaction à mon club : malgré mon arrivée tardive (ndlr : au moment de sa signature, le 20 août, six journées s’étaient déjà disputées), j’ai réussi à faire mon trou dans l’équipe et à apporter ma pierre à l’édifice.

LDB : Comment as-tu appréhendé la différence de niveau entre le passage du National 1 (3e division française) à la Efbet League (1re division bulgare) ?

B.M : En arrivant, j’ai été surpris par l’intensité des entraînements et des matches. C’était bien au-dessus de ce que j’avais connu à Cholet et Dunkerque. Je n’ai fait aucun complexe et je me suis mis au travail pour me mettre au niveau et poursuivre ma progression.

L.D.B : Tu totalises cette saison deux passes décisives, un chiffre qui ne reflète pas forcément ton caractère offensif, très attiré vers le camp adverse.

B.M : Je suis un latéral plutôt offensif, mais je reste un défenseur : j’aime les duels, les un-contre-un.

L.D.B : Au CSKA, vous jouez à quatre derrière, tu as parfois évolué dans des défenses à cinq à Cholet ou à Dunkerque. Quel est le schéma qui te sied le plus ?

B.M : A Cholet, on jouait surtout à quatre, mais j’ai parfois joué comme piston à Dunkerque. Les deux systèmes me plaisent : même si le système à cinq permet de se projeter davantage, jouer à quatre ne me freine pas pour autant. Après, tout est question d’équilibre.

L.D.B : Comment communiquez-vous dans le vestiaire et sur le terrain ?

B.M : Il y a beaucoup d’étrangers au club, des Brésiliens, des Portugais, mais aussi des Anglophones et des Francophones. Nous avons un traducteur et on parle en anglais.

L.D.B  : Dans le championnat bulgare, tu as affronté et fais connaissance avec plusieurs Diables rouges...

L.D.B : Oui, j’ai fait connaissance de Gaïus Makouta, avec qui je parle de temps en temps. Avec Mavis Tchibota aussi. Dylan Bahamboula vit aussi à Sofia, donc nous nous sommes vus. J’ai au moins eu l’occasion de parler avec Dominique Malonga.

L.D.B : Quel est le programme de reprise du CSKA ?

B.M :  Je viens de rentrer (ndlr : jeudi 17 juillet) en Bulgarie, après une dizaine de jours de vacances. La saison 2020-2021 débute en août (ndlr : première journée le 8 août contre le CSKA 1948), nous allons donc nous préparer normalement. Ici, les matches se déroulent à huis clos.

L.D.B : L’intérêt de certains clubs, comme l’ESTAC, a été évoqué. Est-ce crédible ?

B.M : Je reste concentré sur la reprise du championnat. Le reste, ce sont des rumeurs, c’est le football. Une chose est sûre : je suis bien au CSKA et je n’en partirais que pour un projet sportif supérieur.

Et les Diables rouges dans tout ça ?

L’ancien Lorientais n’a pas souhaité que soit abordée la thématique de la sélection congolaise. Un préalable que l'on se devait de respecter, tout en sachant qu'il engendrerait de la frustration chez les suiveurs des Diables rouges. Il convient donc d’édifier nos lecteurs : des discussions sont en cours entre le joueur et la Fédération congolaise de football par l'entremise de la cellule européenne de détection et de recrutement, avec l'assentiment du sélectionneur Valdo.

Camille Delourme

Légendes et crédits photo : 

Pour sa première saison, Bradley Mazikou présente un bilan positif: seule la défaite en finale de la Coupe vient ternir le tableau (LAP.bg)

Notification: 

Non