Centrafrique : François Bozizé échange avec le président Touadéra

Mercredi 22 Janvier 2020 - 15:25

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après plusieurs semaines d’attente, l’ancien président François Bozizé, revenu dans son pays en décembre dernier après six ans d’exil a finalement été reçu, le 21 janvier, par le chef de l’Etat centrafricain Faustin Archange Touadéra.

Aucune déclaration n’a été faite à l'issue de ce tête-à-tête qui a duré près d'une heure. Néanmoins, plusieurs sujets ont été abordés, notamment la question de l'attribution du passeport de François Bozizé, rentré discrètement à Bangui le 15 décembre, selon Bertin Béa, secrétaire général du KNK, le parti de l'ancien chef de l'Etat.

Les deux personnalités ont également évoqué la régularisation de la situation de certains militaires proches de l'ancien président et exclus des rangs, ainsi que l'examen du projet de loi portant statut des anciens présidents.

Depuis son retour, François Bozizé réclamait sans succès un entretien avec le chef de l'Etat centrafricain. Toutefois, l'entretien avec le chef de l’Etat n’a pas répondu aux attentes de François Bozizé, a affirmé Bertin Béa.

« Le format de la rencontre telle que nous l'avons souhaitée n'a pas été respecté. La rencontre devait se dérouler avec les deux présidents et les représentants de la Communauté des Etats de l'Afrique centrale et de l'Union africaine. C'est un tête-à-tête qui a été imposé », a-t-il précisé.

François Bozizé est revenu dans le pays alors que se profile l'élection présidentielle prévue en décembre 2020, et pour laquelle les candidats doivent justifier d'un an de résidence dans le pays.

L'ancien président avait été renversé en 2013 par la Séléka, coalition de groupes rebelles, et contraint de fuir au Cameroun puis en Ouganda. Il avait dû céder sa place à Michel Djotodia, lui-même chassé du pouvoir quelques mois plus tard, alors que l'armée française intervenait dans le pays pour mettre un terme aux violences entre la Séléka et les milices anti-balaka.

Michel Djotodia est également rentré d'exil le 10 janvier, trois semaines après François Bozizé. Il avait été reçu dès sa descente de l'avion par le président Faustin Archange Touadéra. Un accueil mal perçu par les supporters de François Bozizé qui attendaient toujours de rencontrer le président de la République.

En République centrafricaine, même si les violences ont considérablement baissé depuis la signature d'un accord de paix entre le gouvernement et les groupes armés, les exactions contre les civils et les affrontements entre milices se poursuivent toujours.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non