Commémoration : Toussaint et fête des morts

Mardi 30 Octobre 2018 - 19:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une confusion a toujours existé entre les deux événements. Le premier désigne la fête de tous les saints alors que le second est dédié à ceux qui nous ont quittés.

Les deux fêtes se suivent immédiatement, c’est-à-dire le 1er novembre pour la Toussaint et le 2 novembre pour la fête des morts. C'est ainsi l’Église honore tous les saints le premier jour de novembre. Mais la plupart des gens ne font pas la différence entre ces deux moments. Car, chaque 1er novembre, on constate que plusieurs personnes se rendent aux cimetières pour fleurir les tombes de leurs parents décédés. L’Église, quant à elle, fête de manière particulière les saints qui ont enrichi son histoire et son chemin sur la terre.

La Toussaint est liée historiquement à la dédicace de l’ancien temple romain du Panthéon par le pape Boniface IV au début du VIIe siècle. L’anniversaire de la dédicace du Panthéon, la fête de tous les saints, fut fixée d’abord au 13 mai puis, en 835, au 1er novembre. Et  le sens de la commémoration des fidèles défunts prit peu à peu toute son ampleur. On  note dès le début de l’histoire de l’Église des prières que font les premiers chrétiens, à l’exemple des Juifs, pour les défunts. Mais c’est en 998 qu’Odilon, abbé de Cluny, institue le 2 novembre une journée consacrée à la commémoration de tous les fidèles trépassés. Le pape Léon IX (1049 à 1054) approuva cette décision  et cette fête se diffusa peu à peu dans toute la chrétienté. Le sens profond de cette fête réside dans le lien entre les vivants et les morts dans la prière.

Pour l’Eglise, les défunts peuvent bénéficier de la prière des vivants afin de les aider à être pleinement en union avec Dieu. Toutefois, l’Église catholique professe la foi en l’immortalité de l’âme. La prière pour ceux qui ont quitté est ainsi marquée du sceau de l’espérance. Pour ainsi dire, il se trouve que la confusion naît du fait que le 1er novembre étant férié et le 2 novembre ne l’étant pas, les gens profitent du jour férié pour aller honorer leurs morts et fleurir les tombes tout en oubliant qu'il ne s'agit pas là de la fête des morts plutôt de tous les saints.

Faustin Akono

Légendes et crédits photo : 

La façade d'une église

Notification: 

Non