Concours professionnels : 481 candidats admis au certificat d’aptitude professionnelle

Lundi 9 Septembre 2019 - 16:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les résultats affichent un pourcentage de 95,06% sur l’ensemble du territoire national et ont été rendus publics, le 8 septembre, à Brazzaville.

Sur 526 candidats inscrits, c’est finalement, 481 qui ont été déclarés admis au certificat d'aptitude professionnelle pour avoir eu une moyenne supérieure ou égale à dix. L’année dernière, un taux de réussite de 86% était enregistré aux brevets et examens de sortie. Cette année, il est passé à 95,06%.    

« Nous remarquons une progression de plus de dix points pour les brevets et examens de sortie. Ce taux de réussite qui hausse à 95,06% témoigne l’engagement des apprenants pour obtenir leur diplôme. Nous rendons hommage aux enseignants et à tous les acteurs pédagogiques » a expliqué Joseph Moukila, directeur des examens et concours techniques et professionnels.  

 Le diplôme qui sanctionne les formations des apprenants des centres de formation d'apprentissage professionnel (CFA) est le certificat d’aptitudes professionnels. Ces CFA sont installés dans les villes de Brazzaville, Pointe-Noire et Dolisie. Dans ces centres, les apprenants sont formés aux métiers du froid, bâtiment, électricité, menuiserie, maintenance industrielle et automobile ainsi que les métiers lourds.  

« Nous avons plus d'une vingtaine d’examens et les difficultés sont énormes au plan financier. Les enseignants ont fait preuve d’un esprit de sacrifice et de volontariat car les examens ont été traités à crédit. Que les efforts soient fournis au niveau du gouvernement », a plaidé le directeur des examens et concours techniques et professionnels.

Rappelons que ces dix dernières années, des évolutions structurelles ont été observées dans l'enseignement professionnel au sein du système scolaire. La décentralisation, les réformes et les bouleversements de la vie économique expliquent cette mutation. Les jeunes eux-mêmes vivent plus ou moins bien leur orientation professionnelle et leur lente transition vers l'emploi. 

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Joseph Moukila, directeur des examens et concours techniques et professionnels/Adiac

Notification: 

Non