Congo-FMI : le versement sous peu de la deuxième tranche du financement

Mercredi 5 Août 2020 - 16:37

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les discussions qui ont repris entre le gouvernement congolais et le Fonds monétaire international(FMI) vont déboucher sur le paiement d’un crédit de 44,7 millions de dollars, soit près de 27 milliards CFA. Le paiement va donc lever les blocages aux guichets de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement(BAD).  

Le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du portefeuille public, Gilbert Ondongo, qui s’exprimait devant les membres du Conseil économique, social et environnemental(CESE), ce 5 août, s’est montré rassurant sur l’issue des discussions avec le FMI et la mise en œuvre des réformes macroéconomiques contenues dans l’accord conclu en juillet 2019. « L’issue des discussions avec le FMI est favorable au décaissement de la deuxième tranche de financement et peut-être la levée des autres dossiers suspendus. En effet, la BAD a conditionné l’octroi de son appui à la reprise de ces négociations avec le FMI, de même que la Banque mondiale qui a suspendu la grande aide d’urgence », a indiqué Gilbert Ondongo.

Parmi les exigences des partenaires du FMI figure la question de la restructuration de la dette publique du Congo qui, selon le ministre, a évolué grâce à l’accord conclu avec la Chine et la poursuite des discussions avec les traders. Lors de sa dernière mission d’évaluation fin février à Brazzaville, l’institution de Bretton Woods a laissé entendre que le gouvernement congolais devait poursuivre les réformes en matière d’assainissement des finances publiques, d’amélioration des dépenses sociales et gouvernance ainsi que de  lutte contre la corruption.

C’est dans ce contexte que le 27 juillet dernier, les membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption, la concussion et les infractions assimilées ont prêté serment devant la Cour d’appel de Brazzaville. Avec à leur tête une autorité indépendante, Emmanuel Olita Ondongo, les membres de cette institution ont la mission de conduire la lutte contre la corruption au Congo, de contribuer au renforcement de la bonne gouvernance dans les secteurs public et privé ; de transmettre aux autorités judiciaires des procès-verbaux de leur audition; et de veiller à la mise en œuvre des réformes dans ce domaine engagées par le gouvernement.  

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Gilbert Ondongo devant les membres du CESE/Adiac

Notification: 

Non