Conseil supérieur de la magistrature : les hauts magistrats nouvellement nommés prêtent serment ce mercredi

Mardi 18 Février 2020 - 17:48

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une journée spéciale que ce 19 juillet qui verra les hauts magistrats nommés, le 7 février, par le chef de l‘Etat prêter serment devant ce dernier et devant le peuple congolais en vertu de la Constitution et ce, avant leur entrée en fonction.

L’événement aura lieu au Palais de la nation dans la salle de congrès et sera retransmis en direct à la télévision nationale, à en croire des sources présidentielles. Cette prestation de serment de ces nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) est un signal fort qui augure une nouvelle ère dans la gestion de l‘appareil judiciaire aujourd’hui sujet à une requalification pour mieux jouer son rôle social.

En effet, les Congolais placent une grande confiance aux nouveaux promus tout en espérant qu’ils seront à la hauteur de leurs attentes en termes de distribution de la justice qu’on veut équitable et non à la tête du client. Une justice indépendante dont l’accès est garanti à tout Congolais, tel devra être le leitmotiv du processus de réforme en cours censée être portée par des magistrats dignes de ce nom. Les nouveaux promus, triés sur le volet, incarnent sans aucun doute le changement prôné par le chef de l'Etat. Le départ, par exemple, du procureur général près la Cour de cassation Flory Kabange Numbi qui a laissé sa place à Victor Mumba Mukomo, jusque-là avocat général, est un symbole fort du renouveau que veut imprimer Félix Tshisekedi au sein du CSM.

Jean-Paul Mukolo, Dominique Thambwe, Octave Tela Ziele, le général Joseph Mutombo Katalay (pour ne citer que ceux-là), nommés respectivement procureur général près la Cour constitutionnelle, premier président de la Cour de cassation, procureur général près le Conseil d’État et premier président de la Haute Cour militaire, sont appelés à redynamiser un secteur judiciaire en disgrâce et discrédité par des graves soupçons de corruption. Le chef de l'Etat qui fait de la lutte contre ce fléau son cheval de bataille attend beaucoup de ces hauts magistrats sur lesquels reposent les espoirs de toute une nation dans la sauvegarde des valeurs d’orthodoxie financière et de bonne gouvernance.  

Alain Diasso

Notification: 

Non