Construction du droit maritime international : le colonel Eric Dibas-Franck partage l'expérience du Congo

Lundi 7 Octobre 2019 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le comité maritime international (CMI) a tenu son assemblée générale, le 2 octobre au Mexique. L’activité a permis au président de l’Association congolaise de droit maritime (Acodm) de parler des avancées de son pays en la matière.

L’assemblée générale du CMI est un événement au cours duquel les associations nationales de droit maritime et d’autres membres affiliés se rencontrent pour discuter des affaires importantes de cette institution.

La participation de l’Acodm a été un moment bénéfique marqué d’échange et de partage. Une occasion pour son président de la faire connaître et surtout de partager les expériences de la République du Congo en matière de construction du droit maritime international. « Aujourd’hui, nous sommes là où se construit le droit et donc à chaque fois qu’il y aura un certain nombre de questions, nous apporterons notre contribution, afin que la construction de ce droit reflète le vécu du Congo et de la Cémac », a dit le colonel Eric Dibas-Frank.

Ces assises ont été précédées d’un colloque sous le label de l’association mexicaine du droit maritime. Les sujets abordés étaient de grande importance et de constante actualité. Les participants ont, par exemple, parlé de l’avenir des avocats du transport maritime; des femmes dans le monde maritime d’aujourd’hui; du cyber crime et des problèmes de couverture d’assurance.

Ils ont aussi évoqué sur les conventions de responsabilité civile, tout en s’interrogeant s’il était temps que les gouvernements d’Amérique latine les ratifient. Des propositions ont également été faites pour l’unification future du droit maritime. Ainsi, les représentants du secteur de l’énergie offshore, d’agences internationales et de compagnies d’assurance ont pu discuter de la manière dont les changements technologiques et règlementaires ont affecté le secteur et l’environnement au cours des quarante dernières années, ainsi que de la réaction des gouvernements et des assureurs face aux risques sans cesse croissants liés à l’offshore dans le secteur énergétique.
 
Pour tout dire, cette activité a permis au président de l’Acodm de voir que contrairement à un certain nombre d’idées reçues, un certain nombre de questions paraissant simples sont plutôt plus complexes et qu’il faudrait arriver à des consensus pour  trouver une loi qui soit partagée par tous. « Comme vous le savez, souvent un certain nombre de lois sont mises en chantier mais finalement ne voient pas le jour parce qu’on n’arrive pas à trouver  justement l’équilibre entre les intérêts  des différentes régions ou encore les équilibres entre les chargeurs et les transporteurs », a fait savoir le colonel Eric Dibas-Franck.

Notons que la CMI est la plus grande association de droit maritime au monde. L’Acodm y a adhéré le 9 novembre 2018, à Londres. Aujourd’hui, elle apporte sa contribution pour la construction du droit maritime. Lors de cette rencontre, le président de l’Acodm a été accompagné de son secrétaire général, Me Claude Coelho.

 

 

 

Hugues Prosper Mabonzo

Légendes et crédits photo : 

Le colonel Eric Dibas-Franck (à gauche) et Christopher Davis, président de la CMI

Notification: 

Non