Coopération Congo-France : la relation entre les deux pays toujours forte

Mardi 16 Juillet 2019 - 16:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le consul général de France à Pointe-Noire, Joël Renou, l’a indiqué au cours de la réception organisée, le 14 juillet, à sa résidence à l’occasion de la célébration de la fête nationale française.

L'évènement animé par des artistes de la place s’est déroulé en présence d’Alexandre Honoré Paka, préfet du département de Pointe-Noire, de Paul Adam Dibouilou, préfet du Kouilou, ceux  de la Bouenza et de la Lékoumou ainsi que le maire de Dolisie, chef-lieu du département du Niari. il y a eu trois temps forts : l’exécution des hymnes nationaux du Congo et de la France par le groupe Gospel Céleste qui, dès le départ, a apporté une couleur festive à la cérémonie, l’allocution du consul général de France et les animations musicales.

Parlant de la relation bilatérale France-Congo, Joël Renou a rappelé les visites du président congolais en France ces derniers mois et celle du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères en juin 2018. «Cette relation est toujours forte, solide et ancienne et le fait que nous soyons toujours parmi les premiers investisseurs en est une preuve», a-t-il souligné se réjouissant de l’accord que le Congo vient de signer avec le FMI. Un accord qui permet d’entrevoir une sortie de crise, selon lui.

Poursuivant son propos sur la relation bilatérale France-Congo, le consul général de France a évoqué les différents projets économiques, culturels et dans le domaine de la santé menés au niveau de  Pointe-Noire. Il s’agit du projet de la salle de cinéma Canal Olympia du groupe Bolloré en collaboration avec les équipes de la mairie, les projets menés par l’Agence française de développement (AFD), notamment  le plan d’urgence du port autonome de Pointe-Noire (construction quais de commerce et port de pêche industrielle, appui à la filière halieutique et préservation de la ressource halieutique) dont une partie du budget a été délégué à l'AFD par l’Union européenne.

Il y a aussi le projet de drainage et de lutte contre les inondations, le prolongement de l’appui aux différents centres d’éducation, de formation et d’apprentissage, le projet Lisungui avec le transfert monétaire aux ménages et la construction d’une caisse sociale dans l’arrondissement 4 Loandjili, les actions des ONG françaises financées par l’AFD. Il s’agit du GRET (appui au secteur artisanal, action de solidarité internationale), ASI (contre les violences faites aux femmes et aux filles), le programme IECD (dépistage de la drépanocytose, formation des personnels dans les hôpitaux) et la convention programme pour un appui aux dispositifs d’insertion et de formation pour les jeunes entrepreneurs. A cela s’ajoutent les actions du Samu social pour la protection des enfants de la rue, du service de Coopération et d’Action culturelle qui finance plusieurs projets d’aide dans le département de Pointe-Noire, le SCAC (appui au renforcement des différentes associations), le REIPER (contre les violences faites aux femmes, aux mineures incarcérées) ainsi que celle de l’Institut français du Congo (IFC) qui soutient les jeunes talents congolais. Sur ce dernier point, Joël Renou a annoncé le départ bientôt de l’actuelle directrice déléguée: «Je profite du moment pour adresser toute notre amitié à notre collègue Fabienne Bidou, qui quittera son poste de directrice déléguée de l’IFC Pointe-Noire fin août, après quatre années passées à nous régaler avec ses programmations», a-t-il dit.  

Le consul général de France s’est dit satisfait des résultats de l’école consulaire française Charlemagne. Un taux de réussite de 100% a été enregistré au baccalauréat et de 94,7 % pour le diplôme national du brevet. Il a félicité les élèves et les enseignants, l’équipe de la direction de cet établissement et les membres du comité de gestion. Joël Renou a remercié les élèves qui ont participé au concours de dessins sur les symboles de la République dont les trois meilleurs ont été affichés sur les cartons d’invitation à la réception du 14 juillet. Ladite réception (brassage des communautés congolaise, française et autres étrangères), a pris des allures plus festives avec l’intervention des groupes et artistes locaux, notamment Bouitys-Bouitys, les groupes Gospel Céleste qui l'ont agrémenté par des sons musicaux.

Notons que cette année, des feuilles de route ont été signées pour une coopération renforcée entre la France et le Congo dans trois domaines (environnement-climat, enseignement supérieur-recherche- éducation et santé), et que, malgré la crise économique, la communauté française à Pointe-Noire se maintient à 4080 inscrits dont certains bénéficient du soutien de l’AEFB, association de bienfaisance, complémentaire du consulat de France.

Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Légendes et crédits photo : 

1-Joêl Renou lors de la réception/ crédit photo Adiac 2-Une vue des invités à la réception/ crédit photo Adiac

Notification: 

Non