Coopération culturelle : la France réaffirme sa volonté d’accompagner le Congo dans la conservation des archives

Lundi 17 Avril 2017 - 14:59

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Cette préoccupation a été évoquéé au cours de l’entretien que le ministre de la Culture et des arts, Léonidas Carel Mottom Mamoni, a eu avec l’ambassadeur de France en République du Congo, Bertrand Cochery, le 12 avril dernier.

Le ministre de la culture et des arts et l’ambassadeur de France ont fait le tour d’horizon des différents sujets d’intérêts communs entre les deux pays dans le domaine de la culture. Un accent é été mis sur la numérisation des archives d’Afrique équatoriale française (AEF) dont le processus est en cours d’exécution. Ce projet a déjà permis aux archives nationales du Congo avec l'assistance technique des experts français de bénéficier d’un portail en ligne qui permet aujourd’hui à la communauté des chercheurs de par le monde de consulter le répertoire du fonds d’archives que le Congo a hérité de l’ancienne métropole.

Les deux parties ont convenu de voir la possibilité d’organiser une énième rencontre entre les experts du ministère de la culture et des arts et des archives de France pour faire un contrôle technique et scientifique des documents, ainsi qu’une évaluation de la volumétrie de ceux-ci, et enfin intensifier les besoins en matériels techniques adéquats pour la numérisation.

« Nous avons essayé de voir quels sont les secteurs sur lesquels on concentrerait notre attention en priorité. J’ai sélectionné tous les projets, notamment un projet très intéressant dans le secteur des archives. Brazzaville qui était le gouvernorat général de l’AEF, détient des archives de grandes valeurs. Ces archives par définition, il faut les conserver, préserver leur destruction. Donc le meilleur moyen c’est de les numériser. Il y a un lien qui est en train de se développer entre les archives de France, les archives nationales et le Congo, de même qu’avec la fondation Charles De Gaulle pour voir comment travailler dans ce domaine », a déclaré le diplomate français à sa sortie d'audience.

Les deux hommes d’Etat ont également abordé la question de la qualification et la professionnalisation des politiques de formation, notamment sur les métiers des arts (image et son) avant d'évoquer la possibilité d'organiser des visites conjointes des sites.

« Il y a un patrimoine architectural de très bonne qualité ici à Brazzaville, dont la Case De Gaulle est un des plus beaux exemples, le Trésor public, et d’autres tels que le siège d’Air France qui a un tout petit vieilli. Il faut voir effectivement, quelles sont les associations et les soutiens qui peuvent être mobilisés  pour arriver encore une fois à développer quelque chose de cohérente. Ça ne sert à rien de bâtir comme on dit des châteaux en Espagne, il faut savoir des objectifs bien ciblés correspondant à la politique du ministre, pour pouvoir avancer pas à pas et encore une fois permettre notamment par la mise en valeur de ce patrimoine d’assurer la transmission de tous les liens historiques qu’il y a entre nos deux pays», a ajouté Bertrand Cochery.

Notons que le ministre de la  Culture et des arts a assuré son interlocuteur de son implication dans la mise en œuvre du projet de numérisation des archives de l’AEF qui témoigne des relations séculaires existant entre le Congo et la France.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : le ministre de la Culture et des arts s'entretenant dans son cabinet de travail avec l’ambassadeur de France au Congo Photo 2 : l'ambassadeur de France au Congo répondant à la presse à sa sortie d'audience

Notification: 

Non