Coopération: la RDC et la Belgique signent des mémorandums d'entente

Mardi 17 Septembre 2019 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé à Bruxelles, le 16 septembre dans la soirée, pour une visite officielle de quatre jours qui prévoit de nombreuses rencontres politiques, économiques et diplomatiques, afin de renforcer les liens entre les deux pays.

Le chef de l'Etat congolais a été officiellement accueilli, avec les honneurs militaires, par le Premier ministre belge, Charles Michel, le 17 septembre en fin de matinée, dans la cour d'honneur du Palais d’Egmont, à Bruxelles. La délégation belge était notamment composée de Didier Reynders, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et de la Défense; Alexander De Croo, ministre de la Coopération au développement; et Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur.

Mise en place d'un programme transitoire

Les deux parties ont signé, au cours de leur rencontre, des mémorandums d’entente (MoU)  et des lettres d’intention. Pour la partie congolaise, ces documents ont été signés par la ministre des Affaires étrangères, Marie NTumba Nzeza. Avec Didier Reynders, elle a signé un mémorandum d’entente sur la tenue régulière de consultations politiques bilatérales. Outre la remise en place d’ambassadeurs dans les deux pays, le document porte notamment sur la réouverture du consulat général de la République démocratique du Congo (RDC) à Anvers et de celui de la Belgique à Lubumbashi. Il prévoit un appui à l’Ecole nationale de l’administration  à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais.

Pour sa part, le vice-Premier ministre, ministre des Finances et de la coopération au développement belge, Alexander De Croo, a signé un mémorandum concernant la poursuite de la coopération gouvernementale et la consolidation des programmes en cours d’exécution, accompagnés d’un programme de transition. La conclusion d’un nouveau programme de coopération sera la responsabilité du prochain gouvernement fédéral. Par ailleurs, un memorandum en matière de finances a également été conclu, permettant la relance d’une coopération dans ce domaine. Une reprise de la coopération au niveau des banques centrales a également été examinée. Néanmoins, aucun accord n'a été signé en matière de coopération militaire. Il s'agit d'un programme de transition, parce qu'un nouveau programme de coopération doit être initié par un gouvernement de plein exercice. Or, la Belgique est toujours dans les négociations pour la formation de son nouveau gouvernement, à la suite des élections fédérales organisées le 26 mai dernier. En outre, les autorités belges se disent également attentives à l'évolution de la situation en RDC.

« La signature des MoU témoigne de la volonté des deux pays de renforcer leurs relations sur le plan diplomatique et confirme la redynamisation de la relation de grande proximité qui existe entre la RDC et la Belgique, dans le cadre d’un partenariat réciproque, renouant avec la croissance et le développement durable. La Belgique, avec ses partenaires internationaux, s’engage à soutenir les efforts et réformes annoncés par les autorités congolaises, en tenant compte des progrès concrets en faveur de la population », a fait savoir le ministère belge des Affaires étrangères dans un communiqué. 

« La Belgique c'est mon autre Congo. L'objectif de ce voyage est de rapprocher la Belgique du Congo qui, actuellement, a besoin de tous ses amis et la Belgique en fait partie, en tout cas je vais le vérifier... », a fait savoir le président congolais. Ensuite, ccompagné de son épouse, Denise Nyakeru, Félix Tshisekedi été reçu en audience, dans l'après-midi, par le roi Philippe de Belgique et la reine Mathilde.

Une diaspora congolaise divisée

Par la suite, le président congolais s'est rendu au siège bruxellois de la Fédération des entreprises de Belgique, où plusieurs accords ont été aussi signés avec le secteur privé. Le 18 septembre, Félix Tshisekedi et sa délégation se rendront à Anvers, où ils visiteront notamment le port de cette ville, avant une rencontre avec la diaspora congolaise vivant en Belgique et en Europe, dans le palais 12 du Heysel à Brussels Expo, quoique divisée sur cette visite. En effet, accueilli par ses partisans à l'aéroport militaire de Melsbroek, lors de son arrivée, le chef de l'Etat congolais a été conspué par quelques « combattants », le 17 septembre, au palais Egmont, lors de sa rencontre avec le Premier ministre belge, Charles Michel. Une marche de protestation a été organisée par des Congolais au niveau de la Porte de Namur, non loin du quartier congolais « Matonge ».

Notons que le 19 septembre, Félix Tshisekedi se rendra à Gembloux pour visiter le centre de recherche Terra de la faculté de Gembloux Agro-Bio Tech dépendant de l'université de Liège et dédié à l'agriculture de demain.

Pour rappel, la dernière visite d'un président congolais en Belgique remonte à septembre 2007 quand Joseph Kabila avait effectué un bref séjour à Bruxelles, avant de se rendre à New York pour participer à l'Assemblée générale de l'ONU. Il s’agit également de la première visite officielle en Europe de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo depuis son élection en décembre 2018.

 

 

 

 

Patrick Ndungidi

Légendes et crédits photo : 

1 et 2 - Félix Tshisekedi reçu par Charles Michel au palais Egmont à Bruxelles 3- Signature des memorandums d'entente entre la RDC et la Belgique 4- Le couple présidentiel congolais avec le couple royal belge 5 - Manifestation de quelques Congolais devant le palais Egmont 6-Le président congolais, Félix Tshisekedi, et le le roi Philippe de Belgique

Notification: 

Non