Coopération régionale : réchauffement de l’axe RDC-Angola-Rwanda

Samedi 1 Juin 2019 - 13:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

 Les chefs d’Etat des trois pays, à savoir Félix-Antoine Tshisekedi, João Lourenço et Paul Kagame se sont engagés, le 31 mai à Kinshasa, en marge des obsèques de l’opposant historique et charismatique Etienne Tshisekedi, de redynamiser leurs relations.

 

 

Une réunion tripartite ayant rassemblé autour de Félix Tshisekedi, ses homologues angolais, João Lourenço,  et rwandais, Paul Kagame, s'est tenue le 31 mai. Attendus dans le cadre des funérailles de celui qu’on appelle le « père de la démocratie congolaise », en l’occurrence Etienne Tshisekedi, João Lourenço  et Paul Kagame ont été reçus, d’abord en bilatéral, puis en tripartite par leur hôte du jour, Félix Tshisekedi. L’occasion a été belle pour les trois chefs d’Etat de passer en revue les problèmes qui minent leur sous-région et d’esquisser quelques pistes de solution. À en croire le communiqué ayant sanctionné cette rencontre, il en découle que les questions sécuritaires étaient au menu des échanges avec, à la clé, l’engagement pris de lutter efficacement contre les groupes armés qui écument la région.

Tout en formulant le vœu de voir l’axe RDC-Angola-Rwanda se renforcer au mieux des intérêts des trois pays, les chefs d’Etat ont convenu de tout mettre en œuvre pour « trouver les voies et moyens d’éradiquer les groupes armés congolais comme étrangers »  et de trouver ensemble des solutions à toutes les questions relatives à la sécurité des États. Devenue l’épicentre des forces négatives de plus en plus actives sur son sol, et précisément dans sa partie est, la République démocratique du Congo (RDC) a intérêt à s’engager dans cette dynamique de lutte visant à sécuriser l’ensemble de la sous-région. Car, les groupes armés rwandais, burundais et même ougandais qui y foisonnent constituent un motif d’inquiétude pour le maintien de la stabilité régionale. D’autres chefs d’Etat de la région ont été invités à s’associer à l’axe Kinshasa-Luanda-Kigali « pour trouver les voies et moyens d’éradiquer le phénomène des groupes armés congolais et étrangers ainsi que toutes les questions liées à la sécurité des Etats ».

L’occasion a été également belle pour les trois chefs d’Etat d’évoquer des questions liées à la coopération entre leurs pays. À ce sujet, ils ont approuvé le projet de redynamisation de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), un cadre présenté comme idéal dans la résolution des problèmes sous-régionaux. Pour rappel, la CIRGL fut créée en 2000 sous l’impulsion du secrétariat général de l’ONU, afin de permettre à onze des anciens belligérants du Congo de prévenir de futurs conflits.

Toujours dans la foulée du renforcement de la coopération régionale, il a été, en outre, décidé d’intensifier les échanges commerciaux et économiques et de réhabiliter le chemin de fer Kolwezi-Dilolo pour rejoindre Benguela, en Angola.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Paul Kagame, Félix Tshisekedi et João Lourenço

Notification: 

Non