Coronavirus : Emmanuel Macron: la France est ''en guerre " contre Covid -19

Mardi 17 Mars 2020 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Devant l'irresponsabilité de la population ce week-end et l'urgence sanitaire, le président Emmanuel Macron s'est adressé à nouveau aux Français, le 16 mars, sur un ton extrêmement grave.

Le président Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures drastiques visant à faire face à l'accélération de l'épidémie de coronavirus covid-19 : report des municipales, fermeture des frontières Schengen, soutien des entreprises, réduction des déplacements pour 15 jours, limitation des contacts. C'est une mesure inédite dans l'histoire récente de la France, qui a été adoptée parce que le pays "est en guerre" contre la pandémie.

En effet, "jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions en temps de paix", a lancé le président français dans sa seconde allocution solennelle en cinq jours. Des décisions prises avec ordre, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : " nous protéger", a déclaré Emmanuel Macron, tout en appelant à faire preuve d'esprit solidaire et de sens des responsabilités. Car "nous sommes en guerre".

En guerre sanitaire, nous luttons ni contre des armées, ni contre une autre nation, mais l'ennemi est là, invisible et il progresse", à martelé le président français. Il invite tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, associatifs, à s'inscrire "dans cette union nationale. Mesurant par ailleurs l'impact de ces décisions sur les vies de ces concitoyens, il a invité à "garder un lien, d'organiser les choses avec nos voisins, d'inventer de nouvelles solidarités entre générations", conscient que "nul ne peut savoir" combien de temps va durer l'épidémie.

Ainsi pour l'efficacité de la lutte contre le Covid-19, il ne sera plus possible de "retrouver ses amis ou aller au parc [...] seuls doivent demeurer les transports absolument nécessaires [...] pour se soigner, faire ses courses ou encore aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible. Toute infraction à ces règles sera ''sanctionnée", a souligné Emmanuel Macron.

Le chef de l'État a également annoncé le report du second tour des élections municipales, ainsi que la suspension des réformes en cours, des loyers et de certaines factures pour les petites entreprises en difficulté, et des mesures de soutien à l'économie.

Dans le prolongement du discours du chef de l'État, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a précisé les mesures de confinement, le déploiement de 100 mille policiers pour veiller à l'application stricte des consignes présidentielles.  

Compte tenu de la dynamique de l’épidémie, et dans le cadre fixé par le président de la République, le chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian, a rappelé que le seul moyen de ralentir et freiner la progression rapide de covid-19, en France, en Europe, et dans le monde, était de limiter au maximum les déplacements. Les frontières à l'entrée de l'Union européenne (UE) et de l'espace Schengen seront fermées dès ce jour 17 mars midi pour 30 jours.

Tous les voyages entre les pays non européens et l'UE seront suspendus pendant 30 jours. Les Français qui sont actuellement à l'étranger peuvent être rapatriés s'il le souhaitent.

"Le Coronavirus sera peut-être plus convaincant que toutes les plaidoiries en faveur du multilatéralisme, de la coopération et de l’ouverture ! Mais à quel prix !", a déclaré Jean-Dominique Guliani, président de la Fondation Robert Schuman.

Noël Ndong

Notification: 

Non