Coronavirus : vers une montée en puissance du paiement électronique

Mercredi 25 Mars 2020 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Son utilisation devrait aider à réduire le risque de contamination par la manipulation des billets infectés dans une mégalopole comme Kinshasa.

Les moyens de paiement électronique de plus en plus populaires à Kinshasa et dans quelques grandes villes doivent être mis à contribution impérativement pour réduire le risque de contamination au Covid-19. La Banque centrale du Congo (BCC) vient de publier un communiqué officiel allant dans ce sens. Il s’agit de l’une des mesures importantes pour préserver l’économie RD-congolaise des effets négatifs de ce virus mortel. Selon l’autorité monétaire, la réduction de la manipulation des billets de banque réduira à son tour le risque de contamination par la manipulation des espèces. Il y a quelques années, l’on pouvait y voir un pari fou. Avec l’explosion du mode de paiement électronique dans le pays, une telle recommandation devrait produire des effets dans le cadre des mesures de prévention. M-Pesa, Orange money, Airtel money et autres présentent ainsi des avantages certains.

D’autres dispositions

Au-delà, d’autres dispositions sont prises pour sécuriser la circulation des billets de banque sur l’étendue du territoire national. La BCC s’efforce depuis quelque temps à approvisionner les banques en billets de bonne qualité et en quantité suffisante pour répondre à la demande de la clientèle, a-t-on appris. Les guichets automatiques serviront des billets de banque plus sécurisants. Il y a aussi la désinfection systématique au niveau des banques des billets avant leur remise en circulation, la suppression des frais sur les transactions en monnaie électronique et des frais variables sur les opérations supérieures à 2,5 millions de francs congolais jusqu’à la fin de 2020 et enfin le relèvement à 2500 dollars américains, ou son équivalent en franc congolais, de la limite des montants des transactions journalières en monnaie électronique et le déplacement de la limite mensuelle des transactions électroniques. Nous y reviendrons.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non