Coupe du Congo de football: l’Etoile revient à sa place

Samedi 17 Août 2019 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Vainqueurs le 14 août de la Coupe nationale devant l’AS Otoho, les Stelliens ont signé leur retour au tout premier plan après treize longues années d’attente : une éternité.

L’Etoile du Congo a remporté sa sixième coupe du Congo après s’être  imposée 4-2 aux tirs au but après un score de 0-0 au temps réglementaire grâce à un très bon Pavhel Ndzila. L’équipe est assurée de disputer la Coupe africaine de la Confédération, la saison 2020-2021.  Cela fait treize ans que la génération Etoile du Congo de 2006 était à la quête de son successeur. 2006, faut- il le rappeler,  est l’année  au cours de laquelle  les vert et jaune avaient eu  leurs derniers trophées nationaux en étant triplement récompensés  des Coupes de la Ville et  du Congo couronné par le titre de champions). Depuis plus rien.  

La forme qu’affichait l’Etoile du Congo s’est éclipsée laissant ainsi la place à des querelles inutiles, lesquelles refaisaient surface au début de chaque nouvelle saison. Les années se sont passées et se sont ressemblées pour l’Etoile du Congo, plongée dans le doute et des incertitudes.  L’unité retrouvée au sein de la famille lui a donné des ailes face aux défis qui se présentaient à cette équipe cette saison.

L’arrivée de Cédric Nanitélamio sur le banc des vert et jaune a donné beaucoup de confiance au sein d’une ossature faite d’un mélange des jeunes joueurs soutenus par quelques expérimentés. L’équipe a retrouvé  la joie de jouer en se classant deuxième du championnat national avant d’assurer au mental face aux Diables noirs sa qualification pour la finale pour la première fois depuis neuf ans.

Après avoir réussi à éliminer les Diables noirs pour la première fois en vingt-huit ans,  au terme d’un match renversant, l’Etoile du Congo était convaincue que jouer la finale à Brazzaville devant son public et le gouvernement conduit par le Premier ministre Clément Mouamba et d’autres personnalités, était le moment propice de faire parler d’elle. Mais l’obstacle Otoho était dur à franchir.

Ce sont d’ailleurs les visiteurs de l’AS Otoho qui passent tout prêt d’une ouverture du score. Il fallait  un sauvetage sur la ligne de Joseph Degou pour éviter à l’Etoile du Congo de concéder un but matinal à la 2e minute. Dans la foulée, Mignon Etou Mbon s’offre une énorme opportunité  pour l’Etoile du Congo. Sa frappe fuit le cadre. Le match est bien lancé à l’image de la frappe croisée de Jaurès Gombé qui oblige Pavhel Ndzila, le portier de l’Etoile du Congo, à se détendre pour mettre le ballon en corner. Les Stelliens privés de leur providentiel buteur Deldy Goyi, suspendu, n’arrivaient pas à forcer la décision quand ils se rapprochaient de la surface adverse. Cependant la meilleure occasion de la deuxième partie est à mettre au crédit  de l’AS Otoho.

Pavhel Ndzila très déterminant

La reprise de la tête de Carof Bakoua sur un corner vient s’écraser sur la barre. L’Etoile du Congo pourrait aussi gagner avant les tirs au but mais Yann Moukombo, qui avait fait le geste parfait, a vu sa tentative fuir le cadre dans la deuxième prolongation. Les tirs au but étaient l’unique chance pour départager le champion et son dauphin.

Pavhel Ndzila a compensé l’absence de Deldy Goyi  en se  montrant très décisif lors de cette séance. Le portier de l’Etoile du Congo a respectivement stoppé les penalties de Tofic Yacoubou Fousseni et de Fred Duval Ngoma respectivement le deuxième et quatrième tireur de l’AS Otoho. Côté stellien, Zizi van Passi, Dorvel Dibekou, Joseph Degou et  Serdège Nsouari n’ont eu aucun souci devant Wolfrigon Mongonza Ngombo, le gardien de l’AS Otoho. L’Etoile du Congo remporte ainsi sa 6e coupe du Congo après 1983, 1995, 2000, 2002 et 2006. « L’ambition principale était de faire que l’Etoile revienne à son niveau. C’est une soirée exceptionnelle parce qu’on l’a fait après treize ans de stérilité. L’Etoile revient au sommet, c’est le plus beau cadeau que je peux recevoir de mes mains puisque tous ses supporteurs qui ont  passé beaucoup d’année de galère sont aux anges. Bravo aux jeunes », a commenté Cédric Nanitelamio, l’entraîneur de l’Etoile du Congo.

« Le match n’était pas du tout facile. Nous n’avons pas marqué parce que  l’équipe adverse était aussi forte. Nous n’avons pas baissé les bras jusqu’à la fin du match. Personnellement je croyais toujours à la victoire puisque mes coéquipiers étaient motivés et je me disais qu’on devrait gagner le match », a ajouté Pavhel Ndzila, le capitaine des vert et jaune.

C’est pour la troisième fois d’affilée que ce portier  échoue en finale  au terme de cette séance. En 2017, alors qu’il était dans le Club athlétique renaissance aiglons, Mongondza perdit devant l’AC Léopards de Dolisie. L’année d’après lui et l’AS Otoho perdaient face aux Diables noirs.  Est-ce une malédiction ou une simple coïncidence ? seul l’avenir nous le dira.

L’Etoile du Congo  qui a succédé aux Diables noirs, vainqueur de 2018, a encore un dernier défi à relever : se qualifier le 25 août au stade Alphonse-Massamba-Débat face aux Pyramids d’Egypte, en match retour des préliminaires de la Coupe de la Confédération. À l’aller les Stelliens s’étaient inclinés 1-4. Il faut inscrire trois buts sans en concéder aucun pour poursuivre l’aventure. « Après cette victoire, nous préparons la coupe d’Afrique parce que dans deux semaines nous jouerons le match retour face à Pyramids. En tout cas, après avoir obtenu ce joli cadeau, je crois que nous ferons un bon résultat face au Pyramids », a promis le capitaine de l’Etoile du Congo. Cédric Nanitelamio pense lui aussi que cette victoire boostera le moral de ses joueurs  contre Payramids FC. Dans le football rien étant acquis d’avance, le coach stellien  compte s’appuyer sur  les performances de Liverpool face au FC Barcelone (0-3 puis 4-0) mais aussi de Barça face au Paris Saint Germain (4-0 puis 6-1) pour atteindre l’objectif.

James Golden Eloué et Rude Ngoma (stagiaire)

Légendes et crédits photo : 

Pavhel Ndzila soulevant le trophée/Adiac L'Etoile du Congo retouve le sommet treize ans après/Adiac

Notification: 

Non