Covid-19 : les agents de riposte réclament le paiement de leurs trois mois d’arriérés de salaire

Lundi 6 Juillet 2020 - 17:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les médecins et infirmiers commis à la riposte ne s’expliquent pas leur non-paiement alors que le gouvernement, via le ministère de la Santé, ne cesse de recevoir des dons et autres legs de la part de nombreux partenaires de la RDC.

La situation était tendue dans la matinée du lundi 6 juillet aux abords de l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) située sur le prolongement du boulevard Triomphal où manifestaient plusieurs agents de la riposte à la covid-19. Sur ce tronçon, le trafic était quasi perturbé par des manifestants qui réclamaient le paiement de leurs trois mois d’arriérés. Des pneus ont été brûlés, des barricades érigées ça et là sur fond des chants interpellateurs à l'endroit des autorités en place. Entrés en grève forcée, les agents commis à la riposte à la covid-19 ne s’expliquent pas leur non paiement alors que le gouvernement via le ministère de la Santé ne cesse de recevoir des dons et autres legs de la part des partenaires de la RDC.

Difficile d’avaler cette dure réalité lorsqu’on sait que l’exécutif national avait, pour sa part, allégué avoir déjà déboursé plus de 20 millions USD pour faire face à la pandémie. Autant dire qu’une opacité entoure la gestion des fonds alloués à la riposte pour lesquels il n’existe aucune traçabilité. Plus grave encore est le fait que, bien que  le Dr Muyembe ait donné l'alerte (coordonnateur du comité multisectoriel de lutte contre le coronavirus) au sujet de la grogne qui couvait parmi le personnel soignant, rien n’a été fait par les autorités pour tenter de satisfaire à ses revendications. Rajoutant une couche aux allégations du Dr Muyembe, le ministre de la Santé, Dr  Eteni Longondo, s’était plaint du fait que les listes des agents de la riposte à la covid-19 seraient « gonflées ». Par qui et pourquoi ? Nul ne le sait.

Toujours est-il qu’un doigt accusateur est pointé vers le gouvernement et, particulièrementn vers le Premier ministre Sylvestre Ilunkamba en tant que principal centre d’ordonnancement des fonds affectés à la riposte au coronavirus. Ce dernier, à en croire l’ancien candidat à la présidentielle du 30 décembre 2018, Noël Tshiani, devrait s’expliquer. « Je suis stupéfait que, malgré les aides extérieures, le gouvernement Ilunkamba soit incapable de payer depuis quatre mois les médecins et infirmières chargés de lutter contre la pandémie de la covid-19 pour sauver les vies humaines. Où sont les priorités ? Le Premier ministre nous doit une explication », a-t-il réagi ce lundi 6 juillet sur son compte twitter. De nombreux compatriotes créditent de plus en plus, sans preuve probante, la thèse de l’existence d’une vaste chaîne de détournement des fonds destinés à la riposte, lesquels fonds auraient emprunté des destinations inconnues.  

En tout état de cause, les grévistes entendent aller jusqu’au bout de leurs revendications. Reçus dernièrement par le Premier ministre qui les a enjoints à retourner au travail, ils disent ne pas être prêts à acquiescer à une telle demande aussi longtemps que leurs trois mois de salaire ne seront pas payés.  Rappelons par ailleurs que depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul des cas, à l’heure actuelle, est de 7432  dont 7431 cas confirmés et un cas probable. Au total, il y a eu 182 décès (181 cas confirmés et un cas probable) et 3226 personnes guéries.    

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

.

Notification: 

Non