Disparition : hommage émouvant des sportifs à François Bakana

Samedi 22 Février 2020 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La communauté sportive nationale a rendu, le 21 février au gymnase Maxime-Matsima à Makélékélé, un dernier hommage au président de la Fédération congolaise de gymnastique décédé le 5 février à  Brazzaville, à l’âge de 60 ans.

La succession  des  enchaînements des éléments gymniques (rythmiques, artistiques et aérobic) par les athlètes a été un moment d’émotion. Les gymnastes se sont rendus bien compte que  François Bakana les a quittés pendant qu’ils avaient encore besoin de lui. Une épreuve dure à surmonter.  

Ce dernier a marqué la gymnastique congolaise de par son empreinte. Cet inspecteur d’éducation physique et sportive a dirigé la fédération pendant trois olympiades  et a respectivement assumé les fonctions de deuxième vice- président du Comité national olympique et sportif congolais et membre du comité exécutif de l’Union africaine de gymnastique. Son engagement pour la discipline lui a valu une reconnaissance au niveau mondial.

« Nous gardons en souvenir un homme qui fut l’une des figures de la gymnastique sur le plan mondial et sur le continent africain et dont l’engagement a permis  de rayonner le sport au Congo et au-delà », a reconnu le président de  la  Fédération internationale de gymnastique dans son message de condoléances.

Dans l’oraison funèbre, Serge Mbouma, le secrétaire général de la Fécogym a  reconnu en François Bakana les qualités d’un grand manager. Car, c'est lui qui a réussi le pari de changer la gymnastique congolaise en lui faisant passer d’une discipline de démonstration à celle de compétition.

Les résultats l’ont accompagné

Sous sa direction, les Diables rouges ont obtenu 43 médailles dont cinq en or gagnées respectivement lors des 11e jeux africains de Brazzaville en 2015 et les championnats d’Afrique de gymnastique aérobic organisés en  septembre 2018 à Brazzaville. Outre les médailles d’or, les gymnastes congolais ont glané sous sa présidence  dix-neuf en argent et dix-neuf également de bronze.

La gymnastique congolaise s’est montrée régulière dans les compétitions de haut niveau organisées par la FIG et UAG.  Les Diables rouges ont découvert leur première compétition  lors des championnats du monde de la gymnastique aérobic en leur qualité d’observateur  en 2010  à Metz en France, avant de se lancer dans le grand bain.   François Bakana se préoccupait aussi de la formation des athlètes à travers le placement  de trois Congolais à Aux les bains en France. Sous son impulsion  avec l’assistance de  la FIG et UAG, des camps d’entraînement et des academies FIG Level 1,2 et 3 ont été organisés par la Fécocogym.

« Beaucoup connu dans le monde du sport en général et de la gymnastique en particulier, il dépensait autour de 200% de ses avoirs pour soutenir l’activité gymnique au Congo et en Afrique », a témoigné  le secrétaire général de la Fécogym. Et de poursuivre : «  Il me disait l’olympiade 2020-2023 nous allons travailler pour que la gymnastique congolaise soit présente aux Jeux Olympiques de Paris en France. Le président est parti  sans aucune consigne alors que  je l’attendais pour signer les documents des championnats d’Afrique qui vont se dérouler en mars à Prétoria en Afrique du sud et à Sharm El Sheikh en Egypte », a dit Serge Mbouma.

La mort du deuxième vice-président du Cnosc a surpris plus d’un.  Françoise Mahoungou a témoigné  que deux jours avant sa mort, François Bakana a animé pendant deux heures au siège du Cnosc une conférence à l’intention de stagiaires de l’Institut national de jeunesse et des sports. «  Il ne paraissait pas venu nous dire adieu… Tu nous quittes après avoir obtenu pour le  Cnosc un titre foncier de notre terrain situé à proximité de l’école Nkéoua à Bacongo et cela aux prix de multiples démarches. En remettant ce titre au cours d’une réunion du comité exécutif, tu as  dit au président du Cnosc avec le sourire qu’on te connaissait : mission accomplie », a dit  la troisième vice-présidente du Cnosc. Celui qui a intégré le Cnosc en 2009 en qualité de membre avant de passer commissaire aux comptes adjoint et deuxième vice -président laisse un héritage : la bonne santé de la gymnastique congolaise qu’il faut entretenir.

James Golden Eloué

Légendes et crédits photo : 

les sportifs rendent un dernier hommage au président de la Fécogym/Adiac le représentant du ministre des Sports et de l'éducation physique salue la mémoire de François Bakana/Adiac

Notification: 

Non