Economie : leadership et gouvernance de qualité, deux facteurs de progrès

Mardi 3 Décembre 2019 - 10:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le professeur économiste, Augustin Matata Ponyo, a animé, le 30 novembre à Brazzaville, à la demande des étudiants de l'Univeristé Marien-Ngouabi, une conférence-débat sur le leadership et la gouvernance. Il en est ressorti que les deux concepts associés constituent un facteur déterminant et un pilier nouveau pour le développement d'un pays.

Face aux étudiants congolais réunis en nombre dans l’amphi 600, l’ancien Premier ministre et ministre des Finances de la République démocratique du Congo (RDC) a su convaincre. Agustin Matata Ponyo a avant tout dissocié les termes leadership et gouvernance. Le leadership, a-t-il dit, est défini comme étant le comportement, l’attitude, l’influence et le pouvoir dont un meneur d’hommes doit disposer pour atteindre un objectif. Un leader, selon lui, doit être humble, honnête, constant et exemplaire. Il doit avoir une vision et être doté d’un grand courage, capable de conduire les autres à l'atteinte des objectifs visés.

 Quant à la gouvernance, d’après l’orateur, elle sous-entend une meilleure manière de gérer un pays, une structure ou une organisation. Comme le leadership, la gouvernance est elle aussi divisée en plusieurs branches. On note, entre autres, la gouvernance judiciaire qui prône une justice équitable, la gouvernance sanitaire qui donne à tous l’accès aux soins équitables, la gouvernance économique qui combat la corruption, la fraude et le détournement des deniers publics, etc.

Développant le terme leadership, le Pr Augustin Matata Ponyo a fait savoir qu’il en existe plusieurs types, au nombre desquels le leadership démocratique, celui qui prône l’Etat de droit, fondé sur le respect de la loi et des institutions fortes.

L’économiste et universitaire de la RDC a aussi épinglé le leadership dictatorial, celui exercé par un acteur tyran, dont le pouvoir est centralisé autour de lui-même. Bien qu’il gère tout d’une main de fer, a indiqué l’orateur, cette forme de leadership est éphémère et fragile car elle disparait dès que le régime s’écroule. Mais le conférencier a plus mis l’accent sur le leadership transformationnel ou de qualité, celui qui concourt au développement pour le bien de tous.

"Leadership et gouvernance de qualité, un vrai binôme"

Dans les détails, l’orateur a précisé que dissociés l’un de l’autre, les deux concepts ne peuvent produire d’effets escomptés. Le leadership de qualité, a-t-il souligné, ne peut produire de valeur ajoutée que lorsqu’il est joint à la gouvernance de qualité. Ainsi, il a appelé les étudiants à développer en eux le leadership de qualité, celui avec lequel ils contribueront au développement de leur pays et du continent. « Le développement de nos Etats ne viendra pas des institutions internationales. Il n’émanera que du leadership interne et de la gouvernance de qualité que vous devez développer en vous afin d’accompagner le pays vers un développement harmonieux.  Le leadership de qualité va de pair avec la gouvernance de qualité, un vrai binôme pour impulser le développement. Les deux notions doivent être associées », a souligné le Pr Augustin Matata Ponyo.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

Augustin Matata Ponyo s'adressant aux étudiants / Adiac

Notification: 

Non