Education : études ou défilés de modes dans l’enseignement supérieur privé

Samedi 26 Septembre 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le vestimentaire et la chevelure des étudiantes et étudiants fréquentant les instituts et écoles de l’enseignement supérieur laissent à désirer depuis la reprise des cours le 21 septembre dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur de la ville océane.

« On a comme l’impression que pour ces jeunes étudiantes, les établissements seraient en train de se transformer en des espaces d’exhibition de la chevelure et des habits étriqués de toutes les qualités. Est-ce que dans ces conditions, la priorité reste la formation ou le paraître ? », s’est demandé ce vendredi 25 septembre un parent d’étudiant très déçu de voir sa nièce venir d’une école privée d’enseignement supérieur avec une chevelure extravagante qui pend jusqu’aux mollets.

A Pointe-Noire, cette habitude prend corps dans presque tous les établissements d’enseignement supérieur privés. Les étudiantes sont comme dans une course à la mode, notamment quand elles vont dans lesdits établissements. En groupe, elles sont permanemment devant leurs établissements encombrant certains kiosques de la place tout en exhibant leurs modèles à toutes les personnes en voiture ou non qui passeraient à proximité de leurs établissements. « C’est vraiment cela de l’enseignement supérieur ? », s’est demandé un Ponténégrin très déçu de voir de telles scènes.

« L’inquiétude est que, si certaines dispositions d’ordre disciplinaire ne sont pas prises, ces nombreuses jeunes étudiantes risqueraient de rater leur formation qui, le plus souvent ne dure que trois ans, car leur cœur se trouve orienté vers les belles apparences plutôt que vers l’école », s’est indigné un taximan qui venait de déposer une étudiante devant son établissement jeudi 23 septembre. 

Notons que ce comportement d’extravagance stylistique soulève un vrai problème qui nait dans de nombreux établissements d'enseignement supérieur privés dû à un laisser-aller puisque les responsables de ces établissements aussi bien que les parents d'étudiant ferment leurs yeux devant ce genre de comportement.

 

  

Faustin Akono

Notification: 

Non