Enseignement général : le gouvernement veut installer des laboratoires de travaux pratiques dans les lycées

Samedi 12 Janvier 2019 - 17:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le processus d’équipement des soixante-quinze lycées congolais d’enseignement général en matériel d’expérimentation a constitué la toile de fond de l’entretien que le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, a accordé le 11 janvier au président directeur général de la société française Jeulin, Patrick Esnault. 

Soucieux des conditions d’apprentissage des élèves du second degré, le gouvernement envisage, dans un proche avenir, doter les lycées de laboratoires destinés aux travaux pratiques (TP). En effet, le processus qui devrait démarrer avant la prochaine rentrée scolaire sera expérimenté dans les lycées d’excellence, le lycée de la Révolution, le lycée scientifique de Massengo ainsi que les lycées interdépartementaux, avant de s’étendre sur l’ensemble du pays. Dès qu'ils seront installés, ces laboratoires concerneront les matières scientifiques telles que les sciences de la vie et de la terre et les sciences physiques afin de rompre avec la pratique des récitations.

Principal acteur historique en France en matière de fourniture de matériel scientifique pour l’expérimentation, la société Jeulin a également proposé à la partie congolaise  la formation des inspecteurs pédagogiques pour garantir le fonctionnement du matériel qui sera délivré. « L’expérimentation est un levier absolument incontournable de l’enseignement théorique. S’il n’y a pas d’application pratique, on peut avoir un enseignement qui est très théorisé. Notre société  est le plus grand établissement, nous travaillons étroitement avec le ministère français pour définir les pédagogies qui vont autour de l’expérimentation. Donc, nous sommes entièrement focalisés sur le matériel pour réaliser les travaux pratiques, principalement dans les lycées et collèges », a expliqué Patrick Esnault à sa sortie d’audience.

En effet, ce projet est pluriannuel car, il durera sept ans. Le Congo qui tient à sa concrétisation a envoyé récemment quatre inspecteurs en France pour prendre connaissance du matériel à livrer.  

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Anatole Collinet Makosso s’entretenant avec Patrick Esnault/Eloi

Notification: 

Non