Entrepreneuriat : les femmes encouragées à entreprendre en groupement

Mardi 15 Octobre 2019 - 19:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En vue de l’autonomie socio-économique de la femme et la réduction des inégalités observées dans l’octroi des crédits par les microfinances, les femmes ont demandé à leurs consœurs à maximiser les efforts pour mener des actions en coopérative.  

L’ambition manifestée par les femmes figure parmi les doléances formulées le 14 octobre, au terme de l’atelier de réflexion sur le thème « L’accès des femmes aux ressources de financement pour le développement de l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation des femmes ».

Les femmes ont sollicité à leurs consœurs de sortir de l’informel, s’instruire et s’informer, mettre une structure de veille et d’observation. Elles ont également souhaité élaborer une stratégie de communication leur permettant de travailler en réseau avec une plate-forme de communication axée sur la gestion des projets pour canaliser leurs activités par rapport à leur taille.

A l’endroit des pouvoirs publics, elles demandent de les inciter à disposer d'un compte bancaire, créer les structures d’incubation, mettre en place un programme sur l’autonomisation des femmes, avoir un fonds de garantie pour soutenir les femmes entrepreneures, créer un dispositif spécifique à la maison de la promotion de la femme pour améliorer les connaissances économiques des femmes et bien d’autres. 

Leur demande permettra l’élaboration d’un programme national spécifique sur l’autonomisation des femmes par leur accès facile aux sources de financement pour le développement de l’entrepreneuriat, expliquent-elles.

Notons que l’atelier a été organisé par le ministère de la Santé et de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), dans l’objectif de contribuer à la réduction des inégalités du genre au Congo.

Il a regroupé des femmes venues de diverses administrations publiques et privées et organisations non gouvernementales. La formation s’inscrivait dans le cadre du programme d’activité de cette année qui concerne deux projets respectifs : appui aux activités génératrices de revenus au profit des femmes et des jeunes filles ainsi que l’appui aux caisses féminines d’épargne et de crédits mutuels.

Les enseignements ont porté sur la situation générale des inégalités de genre dans l’accès aux financements des femmes des microfinances, des petites et moyennes entreprises : défis et perspective ; les financements alternatifs pour les entrepreneurs de microfinance, petite et moyenne taille ainsi que sur les forces et faiblesses de demande de crédit et de remboursement des hommes et des femmes entrepreneurs.  

Les participantes ont bénéficié à cette même occasion d’un échange d’expériences sur l’octroi et le remboursement bancaires ; les forces et faiblesses des femmes entrepreneures dans l’accès aux différents types de financement ; comment promouvoir l’accès des femmes entrepreneures aux financements alternatifs : stratégie et partage de rôle.

Notons que la directrice générale de l’Intégration de la femme au développement, Arlette Raymond Bakou, a assuré, dans son mot de clôture,  de la prise en compte par le ministère du voeu exprimé par les participantes.    

Lydie Gisèle Oko

Notification: 

Non