Événement : le Salon africain de la bande dessinée et de l’autre muzik s’annonce mémorable

Jeudi 21 Novembre 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La première édition de la rencontre organisée par l’Atelier de création et initiation à l’art (Acria), tenue pour une première dans le genre en Afrique, a l’ambition de faire de Kinshasa la capitale de la bande dessinée africaine, du 12 au 14 décembre, au nouveau Musée de Kinshasa.

 

Le Sabdam va faire de Kinshasa la plaque tournante de la BD africaineLa musique et le dessin sont les deux passions de l’initiateur de l’Acria, le dessinateur Barly Baruti, qui entend les mettre ensemble et les partager avec les Kinois lors du Sabdam (Salon africain de la bande dessinée et de l’autre muzik). Rencontré par le Courrier de Kinshasa en Belgique où il finalise les derniers contacts avant de joindre l’ensemble de son équipe à Kinshasa, il s’est montré très enthousiaste quant à la tenue de l’événement que l’Acria espère rendre mémorable. « Ce qui va se passer à Kinshasa, en décembre, va rester dans les annales. Nous allons déclarer Kinshasa capitale de la bande dessinée, à l’instar de Ouagadougou qui l’est pour le cinéma, Abidjan pour les arts vivants », a déclaré Barly Baruti.

Pour le dessinateur, ce n’est pas prétentieux que d’accorder ce statut à la ville la plus réputée de la République démocratique du Congo. Il est d’avis que c’est bien un mérite qui doit être reconnu à Kinshasa et le Sabdam ne fait qu’y insister, le rappeler. « Il suffit d’observer la réalité telle qu’elle est, voir les choses telles qu’elles sont : la bande dessinée est une tradition qui existe depuis très longtemps au Congo », nous a-t-il confié. Et de préciser : « Elle a existé bien avant Mongo Cissé. Et, les premiers albums africains connus, il y en a eu beaucoup, sont congolais. Les revues sur la bande dessinée étaient congolaises, notamment "Jeunes pour jeunes" ».

Par ailleurs, à propos de l’univers de la bande dessinée (BD) actuelle, Barly Baruti renchérit  : « Aujourd’hui, partout où se tiennent des concours de bandes dessinées africaines, les Congolais de Kinshasa figurent toujours parmi les six premiers. Du reste, s’il faut considérer le nombre de dessinateurs issus de l’Afrique noire en Europe, la grande majorité vient de la RDC, notamment Pat Masioni, Pat Mombili, Serge Diatantu, etc. Et même à partir de Kinshasa, l’on trouve ceux qui défendent les couleurs du pays au niveau international tels Thembo Kash, Kizito, Hallain Paluku, etc. Tous ceux-ci et bien d’autres encore sont la preuve que la bande dessinée congolaise a du bon ».

En outre, il sied de rappeler que le dessinateur lui-même, comme il l’a souligné, a contribué d’une certaine manière au rayonnement de la BD africaine dans le monde. « Avec l’Acria, j’ai réalisé des stages partout en Afrique. Et, aujourd’hui, beaucoup d’auteurs africains reconnus sont passés par Kinshasa, le Congo, autant que cela s’est produit pour la musique aussi autrefois », a martelé l’auteur de "La voiture c’est l’aventure".

Ainsi, pour Barly Baruti, « Le Congo peut se targuer d’avoir fait figure de pionnier en matière de bande dessinée et personne ne va nous contredire ». Et d’ajouter : « Pour l’instant, la RDC est le fer de lance de toute l’Afrique. A un moment donné, les choses ont bougé très fort du côté de Madagascar puis vient le Cameroun et ensuite la Côte d’Ivoire. C’est ainsi qu’il faut considérer les choses. Ce n’est pas trop prétentieux que de l’affirmer car c’est la réalité. Et, d’ici quelque temps, Kinshasa va devenir la plaque tournante de la BD africaine, c’est très clair ».  

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo : Le Sabdam va faire de Kinshasa la plaque tournante de la BD africaine

Notification: 

Non