Evocation : Papa Wemba, artiste musicien et grand sapeur de tous les temps

Mardi 5 Mai 2020 - 17:31

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Quatre ans après sa mort survenue le 24 avril 2016 à Abidjan en Côte d'Ivoire, le monde culturel n’a cessé d’évoquer la vie artistique de Jules Shungu Wembadio, dit Papa Wemba. Ahmed Isidore Cyriaque Yala est le dernier mécène à l’avoir invité à Brazzaville.

L’artiste musicien et sapeur Papa Wemba reste et restera à jamais dans son cœur, a confié le sapologue et mécène Ahmed Isidore Cyriaque Yala. « Le souvenir que je garde de lui est le souvenir d'un père », a-t-il-dit. Papa Wemba était un homme très humble. Il était à la fois culturel, musicien et sapeur. D’ailleurs, c’est le plus grand sapeur de tous les temps, a-t-il renchéri. C’est Papa Wemba qui a vulgarisé la sape et a fait d’elle c’est qu’elle est devenue, bien qu'elle soit créée par les autres. Il le reconnaissait lui-même. « J’en suis certes le manager aujourd’hui, mais je ne suis pas le créateur, ni l’inventeur de la sape. C’est à travers le Congo -Brazzaville que j’ai appris ce mouvement», affirmait-il.

En effet, Ahmed Cyriaque Yala est parmi les derniers mécènes à recevoir Papa Wemba dans la capitale congolaise, c’était le 8 mars 2016 à l’occasion de la deuxième édition du Festival international de la sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) au féminin. Bien qu’encore convalescent (parce que sorti du malaria), il a fait le déplacement de Brazzaville sans demander un seul centime à l’organisateur. « Je puis vous dire solennellement aujourd'hui que de ma mémoire d’opérateur culturel, j’ai connu beaucoup d’artistes musiciens, mais Papa Wemba fut le plus simple et le plus humaniste de tous les artistes que j’ai connus et que nous connaissons actuellement. La preuve en est qu’il était venu avec son cœur à Brazzaville. La présence de Papa Wemba à ce festival, l’Eternel savait, c’était son dernier voyage. Dieu avait ainsi permis qu’il vienne participer à cette plus grande manifestation sapologique pour accomplir une mission : faire son témoignage sur la sape. Il a déclaré publiquement que la sape a commencé à Brazzaville », a indiqué Ahmed Isidore Cyriaque Yala.

Le sapologue Ahmed Isidore Cyriaque Yala a témoigné que c’est au cours de cette soirée sapologique que l’icône de la musique africaine lui a consacré « le plus grand sapeur du monde en croco et en python » et a consacré Ben Moukacha en qualité de créateur de la sapologie, le Congolais de la diaspora. « Pour commémorer ce monument de la sape, nous avions fait une démonstration sapologique à Kinshasa, lors de la veillée funèbre. Cette sape exceptionnelle en noir et blanc dédiée à Papa Wemba était une manière pour nous de pleurer ce grand homme », a-t-il conclu.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Ahmed Isidore Cyriaque Yala et Papa Wemba lors de la soirée sapologique du 8 mars 2016 (crédit photo/ DR)

Notification: 

Non