Faune : la protection des grands singes d'Afrique-centrale fait l'objet d'une réflexion

Mardi 5 Novembre 2019 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le quatrième atelier stratégique des ONG locales de la sous-région pour la conservation communautaire des grands singes et pour le développement local dans les forêts du Bassin du Congo a été ouvert, le 5 novembre, à Pointe-Noire en présence de Léa Désiré Ondongo Bamboli, secrétaire général du département du Kouilou, des acteurs et partenaires impliqués.

«Œuvrons pour les ONG locales de conservation bien gérées, crédibles et soutenues par les Etats d’Afrique centrale pour la conservation des forêts du Bassin du Congo » est le thème de l'atelier. Il est organisé cette année par ESI Congo qui accordera également l’hospitalité à ses pairs d’Afrique centrale le 7 et 9 novembre sur son site d’intervention à Magne, dans le distinct de Kakamoeka, lors de l’assemblée générale du réseau prévue dans cette localité.

Pendant trois jours, les délégués venus des deux Congo, du Gabon et du Cameroun,  membres de l’alliance pour la conservation des grands singes en Afrique centrale (Alliance Gsac), des ONG et partenaires vont échanger afin de  promouvoir et accroître la reconnaissance politique et technique de l’engagement de la société civile d’Afrique centrale pour la conservation des grands singes et la biodiversité des forêts du Bassin du Congo. L'occasion leur est donnée également de valider le plan d’action stratégique 2020-2022 de l’alliance Gsac pour une plus grande protection des grands singes et le développement local dans les forêts de ce bassin.

En félicitant le travail abattu par les ONG et associations de protection des grands singes sur le terrain, le secrétaire général du département du Kouilou a dit: «  Votre action au quotidien et votre permanence sur le terrain aux côtés des communautés de notre territoire sont un gage de durabilité des actions de conservation de notre écosystème qui doivent être locales et communautaires pour plus d’efficacité ». Il les a assurées du soutien du gouvernement sur les différentes actions menées  sur le terrain par la mise en place du parc national de Conckouati–Douli, la reserve de la biosphère de Dimonika et la réserve de chimpanzés de Tchipounga.

La rencontre de Pointe-Noire permet à la société civile locale africaine d’engager pleinement une réflexion commune afin d’oeuvrer efficacement pour la conservation communautaire des grands singes et le développement local dans les forêts du Bassin du Congo, soutenue par les Etats d’Afrique centrale.

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille des participants de l'atelier Gsac/ Adiac

Notification: 

Non