Finances publiques : le Congo actualise son modèle de prévision macroéconomique

Samedi 27 Octobre 2018 - 13:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le nouveau dispositif de suivi des statistiques macro-économiques et sectorielles  que projette d’instaurer l’exécutif repose sur une architecture informatique Eviews et Excel.

Le format  expérimenté présente des avantages liés à la procédure de ré-estimation des ‘’élasticités’’ du modèle qui est automatisée ; à la lecture et la modification des relations du modèle devenues faciles et transparentes ; à l’interface du modèle qui facilite la compréhension et oriente ses utilisateurs.

Sa validation constitue une avancée en matière d’élaboration de la loi de finances au Congo. Car l’ancien modèle de prévision, le Mac-Congo, a été fustigé par les experts et les institutions de Brotton Woods, en raison de sa complexité. C’est ainsi qu’une mission du Centre régional d’assistance technique du Fonds monétaire international (Afritac centre) a séjourné, du 1er au 12 octobre, à Brazzaville, pour faciliter la transition vers le modèle Eviews et Excel.

Dans leurs conclusions qu’ils ont publiées le 23 octobre, les experts ont insisté sur la nécessité de concevoir un système plus performant et fiable. « L’équipe a opté pour la migration du modèle vers l’environnement Eviews avec une interface Excel », a confié le conseiller en gestion macro-budgétaire à Afritac, Séverin Yves Kamgna.

Le chef de mission de l’Afritac centre a critiqué, lui-aussi, le manque de manuel et du guide d’utilisateur du Mac-Congo et l’appel constant aux consultants extérieurs pour l’actualisation du fichier. Malgré que celui-ci permettait surtout d’estimer des différents comptes et agrégats macroéconomiques, à savoir les comptes du secteur réels, le tableau des opérations financières de l’Etat, la balance des paiements y compris la situation monétaire.

Enfin, les partenaires dont le centre régional d’assistance technique du FMI, se sont engagés à accompagner le pays durant les trois prochaines années afin de vulgariser le nouveau modèle. Un comité de suivi-évaluation assuré par l’Afritac facilitera la révision des nomenclatures des comptes publics, l’élaboration du modèle de la dette et la poursuite des équations économétriques en vue d’un meilleur taux de croissance démographique.   

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Les participants à la formation sur la gestion des risques budgétaires / Adiac

Notification: 

Non