Finances publiques : les réformes du système de gestion se poursuivent

Jeudi 21 Mars 2019 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministère des Finances et du budget va tester, à partir du 25 mars, le nouveau système intégré de gestion des finances publiques, avant de le déployer dans toute l’administration publique.

Les ministères de l’Intérieur, de l’Energie, de la Construction et des Finances serviront de plate-forme pilote pour peaufiner la nouvelle application qui vise à gérer, sécuriser et rationnaliser les recettes de l’Etat.

Ce projet s’inscrit dans le plan d’action actualisé du projet Système intégré de gestion des finances publiques (Sigfip) de 2019, présenté le 20 mars à Brazzaville, lors du neuvième comité de pilotage dudit projet, présidé par le ministre de tutelle, Calixte Nganongo.

« Cette réunion est une occasion qui nous permet de passer en revue ce que nous estimons être la pierre angulaire de toutes les réformes au niveau des régies financières », a-t-il indiqué.

« J’aimerai également que nous fassions le point des missions effectuées par rapport à ce qui a été implémenté, notamment le fonctionnement du guichet unique de dédouanement (GUD). Les choses vont techniquement bien en dehors de quelques agents véreux qui continuent de contourner ce support électronique », a souligné Calixte Nganongo.

Notons qu’en dehors du Sigfip, projet capital du ministère des Finances, d’autres applications telles le e. taxe, le e. douane et le nouveau fichier new seront intégrées dans le processus de paiement des impôts et taxes pour réduire toute possibilité de falsification. Le projet dédié à la gestion électronique des bourses puis bien d’autres applications sont actuellement en développement, a relevé le chef de projet Sigfip, Marius Ikolo Ngakosso.

Rappelons qu’en 2018, pour rendre compte de l’application effective de toutes les réformes mises en place, le ministère des Finances a organisé des missions d’observation dans la Sangha, à Pointe-Noire et à Dolisie. Outre d’énormes efforts accomplis dans le but de sécuriser les recettes de l’Etat, quelques faiblesses ont été constatées, notamment à Ouesso, dans la Sangha, où les services du GUD sont mal logés.

 

 

 

Lopelle Mboussa Gassia et Gloria Lossele (stagiaire)

Légendes et crédits photo : 

Les membres du comité de pilotage

Notification: 

Non