Fonds Bleu pour le bassin du Congo : L’étude de préfiguration en phase finale

Lundi 27 Janvier 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La ministre du Tourisme et de l’Environnement, coordonnatrice Technique de la commission climat du Bassin du Congo, Arlette Soudan Nonault, a ouvert, le 27 janvier à Brazzaville, les travaux du troisième et dernier comité de pilotage de l’étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

  Il s’agira, au cours de ces deux jours de travaux, de valider les dernières versions du pipeline des projets et du véhicule financier qui seront soumis à l'approbation des ministres lors de la réunion de restitution prévue fin février 2020, à Brazzaville.  

Cette troisième session qui a réuni plusieurs participants, notamment la coordonnatrice technique de la CCBC, les représentants du PNUD, du 4C Maroc, de la société civile, du secteur privé, les points focaux des pays membres de la CCBC, les points focaux de la CCBC dans les organisations régionales et sous régionales : CCEAC, COMIFAC, a été organisée avec l’appui financier du PNUD Congo.

Elle constitue une étape très importante dans le processus de validation de l’étude de préfiguration du Fonds bleu pour le bassin du Congo. La tenue du premier et du deuxième comité de pilotage avait permis aux Etats membres de valider, entre autres, le rapport de l’initialisation de l’étude de préfiguration et les premières versions du pipeline des projets pour le lot 1 du véhicule financier et de son schéma de gouvernance pour le lot 2.

Pour Honoré Tabuna, représentant du secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), cette réunion va renforcer les résultats déjà obtenus.

Il a, par ailleurs, encouragé les Etats membres à y investir massivement. « Le développement de l’économie bleue ne peut plus être un choix, mais une obligation pour nos Etats membres. Nous nous réjouissons aujourd’hui de l’engagement et de l’adhésion des Etats membres dans les perspectives socioéconomiques et écologiques qu’offre cette économie émergente. L’identification de près de 200 projets dans les Etats par le Consortium Ernest and Young en est un exemple », a-t-il dit.

Prenant la parole, le représentant résident du PNUD en République du Congo, Maleye Diop s’est réjoui des progrès significatifs accomplis et ayant permis la structuration  du pipeline de projets du Fonds bleu comptabilisant à ce jour plus de 190 projets issus des 24 programmes sectoriels de l’économie bleue et des CDN et valorisés à plus de 6 milliards de dollars  et, du véhicule financier , selon le modèle public retenu avec ses spécificités juridiques, opérationnelles et financières qui seront mieux clarifiées.

 « Nous sommes convaincus que l’aboutissement de cette étude et l’opérationnalisation du Fonds bleu est un grand pas vers la transformation structurelle des économies des pays membres de la CCBC et constituera le fondement pour le changement de paradigme en faveur d’un développement inclusif et durable. Cette initiative du Fonds bleu qui de par sa structuration, encourage la coordination entre les CDN des pays, est une grande innovation qui montre qu’une bonne réponse au phénomène des changements climatiques doit transcender les frontières géographiques des pays.  Le PNUD reste pleinement mobilisé et réitère son engagement à accompagner cette dynamique positive jusqu’à son aboutissement. », a indiqué Maleye Diop.

Ouvrant les travaux, la ministre du Tourisme et de l’Environnement a fait savoir la raison de cette session « Ce troisième comité de pilotage représente une étape essentielle dans la finalisation de cette étude de préfiguration du Fonds bleu.  Nous voici presque qu’au terme d’un processus que nous avons lancé il y a près de deux ans à Rabat au Maroc. Notre pipeline des projets n’a cessé d’évoluer depuis le dernier comité de pilotage, il a été alimenté par les différentes contributions des points focaux transmises au consortium. Nous devons, par la mise en œuvre effective des projets contenus dans notre pipeline, renforcer la résilience de nos communautés et améliorer leur bien-être. », a-t-elle signifié.

La ministre a apprécié le chemin parcouru à ce jour, et marqué par la signature en avril 2019 du contrat avec le Consortium Ernest & Young impact pour la réalisation de  cette étude de préfiguration.

Rosalie Bindika & Lauraine Yoka (stagiaire)

Légendes et crédits photo : 

Photos : La photo de famille/ adiac, la ministre Arlette Soudan Nonault/ adiac

Notification: 

Non