Forum de Paris sur la paix : Félix Tshisekedi plaide pour une « coalition mondiale »

Mardi 12 Novembre 2019 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

« Le monde est confronté à l’un des plus grands défis de notre temps : celui de gagner la paix, de la conserver et de la transmettre aux générations futures », a déclaré le chef de l'Etat congolais, dans son intervention, le 12 novembre, à la rencontre sur la paix qui se tient dans la capitale française.   

Invité d’honneur du Forum de Paris sur la paix,  Félix Tshisekedi s’est exprimé, mardi, à la tribune de cette importante rencontre qui a mobilisé plusieurs centaines d’intervenants du monde entier issus de divers secteurs d’activités. Le chef de l’Etat congolais a, dans son intervention, mis une emphase sur l’impératif de paix vers laquelle doivent converger tous les efforts de la communauté universelle.

Félix Tshisekedi a proposé une recette, celle de la mise en œuvre d’une « coalition mondiale » censée prendre à bras le corps la problématique de paix à l’échelle internationale. Le chef de l'Etat congolais est convaincu que cette approche contribuera au rétablissement de la paix partout où elle est menacée à travers le monde. Il suffit, a-t-il indiqué, que chacun mette la main à la pâte pour que, dans une dynamique de vouloir vivre ensemble, ce défi soit relevé. « Pour préserver la paix, nous devons partager avec les autres, engager un débat sur les solutions évoquées par les uns et les autres (…). Ainsi, il est possible d’avoir un agenda commun, intégrant un certain nombre des valeurs transversales et donnant à l’homme et à la planète la primauté de nos efforts (...) », a-t-il ajouté.

Alors qu’il parlait au nom de l’Afrique, le chef de l’Etat congolais n’a pas manqué de mettre en relief ce que pouvait être la contribution du continent noir dans cette quête de la paix mondiale. Il a estimé que l’Afrique peut justement faire partie des solutions. « L’Afrique en général, avec sa position géostratégique, sa population jeune et ses ressources naturelles, doit cesser d’être un problème pour le monde, mais plutôt devenir un maillon important de la solution aux problèmes du monde». Et d’égrener sa compréhension du concept « paix » qui, a-t-il dit, « n’est pas seulement le silence des armes » mais bien plus « l’apport des réponses aux problèmes liés à la jeunesse, à la famine, au dérèglement climatique et aux problèmes de santé publique comme les épidémies à virus ». Et de poursuivre : « Pour gagner la paix, chaque homme, chaque État doit s’interroger sur sa contribution à la solution des défis qui menacent l’humanité, notre patrimoine commun ».                    

Parlant de son pays, la République démocratique du Congo empêtrée dans des troubles interminables dans sa partie est, Félix Tshisekedi a préconisé le dialogue entre communautés ainsi que les réponses aux problèmes de la jeunesse, sans oublier la solution militaire susceptible de faire taire définitivement les armes. «Tout en étant convaincu de l’efficacité de la solution militaire, je pense qu’il faudrait élaborer un programme de sensibilisation de la population et du dialogue entre les différentes communautés. La solution militaire s’impose pour combattre les groupes armés, certes, mais en plus de cela, il faut répondre au problème de la jeunesse qui a besoin de plus d’encadrement, plus de démocratie et d’emplois », a-t-il indiqué tout en saluant la bravoure de son peuple. Un peuple qui a subi dans sa chair et sur son sol un condensé d’horreurs dû à l’absence de la paix dont la force de résilience et son attachement aux valeurs de la paix sont restés intacts.    

Alain Diasso

Notification: 

Non