Francophonie : La nouvelle Secrétaire générale dessine la nouvelle pertinence à l’organisation

Lundi 1 Décembre 2014 - 9:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La nouvelle secrétaire générale de la Francophonie  Michaëlle Jean dit mesurer l’ampleur de la mission qui lui a été confiée par les chefs d’Etat et de gouvernement et a promis prendre soin du  leg d’Abdou Diouf, tout en insistant sur le rôle des jeunes et des femmes, la nécessité de promouvoir l’usage de la langue française et de renforcer l’action économique dans l’espace commun.

Michaëlle  s’est aussi engagée sur une « Francophonie moderne, économique ». « Prospère, elle conjuguera l’accroissement des échanges et le développement humain et durable pour tous », a-t-elle déclaré.

Face aux nombreux défis auxquels la Francophonie doit faire front, que ce soit en matière de sécurité, d’éducation ou de santé, la Canadienne pense que les pays de cet espace peuvent apporter des pistes de solution.

Deux jours avant de la désignation de Michaëlle Jean,  le président français François Hollande soulignait, sur les ondes de France 24, « les réussites incontestables » de cette dernière. Tout le long de sa campagne, la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie a rencontré une douzaine de chefs d’Etat et de gouvernement de pays francophones, et parcourue trois continents. Des rencontres qui lui auront permis de partager sa vision de la Francophonie du XXIè siècle - avec un volet économique, et d’entendre les priorités et les attentes des divers pays membres.

C’est au  Sénégal  que  fut scellé, en 1989,  la vocation politique de la  Francophonie, c’est aussi au pays de la téranga que le volet économique qui vient d’être dessiné, un projet plutôt moderne, dans ce monde en proie aux crises économiques, en perte de repères et de valeurs, en manque de régulations et d’éthique, trop peu soucieux de léguer un futur prometteur aux générations futurs.
Madagascar, qui était désigné pour accueillir le sommet en 2010, et qui vient de faire son retour au sein de la grande famille francophone, après des années de crise politique,  abritera le XVIème sommet.

La secrétaire générale de la Francophonie s’est dite heureuse que sa désignation ait été appuyée par un consensus des chefs d’Etat et de gouvernement. 

Noël Ndong