Gouvernance publique : la commission nationale de transparence souhaite s’impliquer dans le contrôle financier

Mercredi 21 Octobre 2020 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Conduite par son président, Joseph Mana-Fouafoua, la commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques a sollicité, les 20 et 21 octobre derniers auprès des deux chambres du parlement son entière implication lors des réunions ou travaux liés au traitement des questions financières. 

« Nous souhaitons, qu’à chaque fois que vos chambres se penchent sur des questions liées aux  finances publiques, que nous soyons associés, notamment la présentation du budget par le gouvernement, les réunions des commissions des finances et autres », a déclaré le président de la commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques, avant d’ajouter:  « Il faudrait que nous trouvions un moyen d'échanger l’information pour que nous soyons représentés dans toutes les rencontres.  Cela  pourra nous aider à mieux accomplir notre mission ».

Face à Pierre Ngolo et Isidore Mvouba, Joseph Mana-Fouafoua a décrit la mission de son institution créée suite à  quelques faiblesses  constatées dans la gouvernance financière publique. Il a, en outre, souligné que: "si nous ne sommes pas satisfaits de la qualité de cette gouvernance financière, c’est peut- être parce que les règles ne sont pas respectées . Notre  rôle  est  de regarder partout où les finances publiques sont manipulées, si cela est  fait dans de bonnes conditions; ’s'il y a des défaillances; s’il y a des changements à apporter, nous ferions des suggestions".

De son côté, répondant  au président de la commission, Pierre Ngolo a rappelé le rôle important du Sénat tant dans la moralisation de la société que dans le renforcement du contrôle parlementaire. « Vous devez, dans l’accomplissement de votre mission, considérer le Sénat comme un partenaire sûr ; parce que notre combat consiste à faire qu’il y ait une sorte de révolution dans nos comportements, nos pratiques surtout dans la gestion des finances publiques. Votre demande de collaboration est acceptée. Elle ne sera exaucée pour autant que si vous venez en appui au travail du Sénat. Et je dis dès le départ que c’est une mission délicate pour laquelle il faut s’armer de courage »,  a-t-il fait savoir.

 

 

 

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Photo : Les deux parties lors de la rencontre

Notification: 

Non