Gouvernement : les ministres signent un acte d’engagement éthique

Mercredi 18 Septembre 2019 - 17:20

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les membres de l'exécutif national sont exhortés, à la lumière du document qu’ils ont signé, à s’abstenir d’exercer toute activité incompatible avec leurs fonctions et à utiliser les biens publics à des fins personnelles.

 

Après l’investiture par le parlement du premier gouvernement de l’alternance que dirige le Premier ministre, Sylvestre Ilunkamba, suivie de la remise et reprise, puis du premier Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat, l’heure est à présent au travail pour les ministres. Pour bien faire les choses et responsabiliser chacun d'eux par rapport aux missions qui leur sont confiées, un acte d’engagement éthique qui édicte quelques principes que les ministres sont astreints à respecter a été signé le 18 septembre.

Le contenu de ce texte se fond sur le code d’éthique édicté par l'Observatoire de surveillance de la corruption et de l'éthique professionnelle (OSCEP). La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre et du directeur général de l’OSCEP, Augustin Mwendambali. Il s’agit, comme l'a révélé une source proche de cette structure, de moraliser la vie publique en décourageant, dans le chef des ministres, toute velléité de corruption ou de détournement. En apposant leur signature au bas du document qui leur a été présenté, les membres du gouvernement se sont engagés à « s’abstenir de se prononcer sur toute affaire pour laquelle ils sont directement ou indirectement impliqués ; d’exercer soit par soi-même, soit par une personne interposée, toute activité incompatible avec leurs fonctions ; de divulguer le secret professionnel et d’utiliser les biens publics pour des fins personnelles ».  

Réagissant à ce rituel, un des signataires,  Augustin Kibassa Maliba, ministre des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication, a salué l’initiative et appelé  ses collègues à une réelle prise de conscience par rapport à leurs nouvelles responsabilités. « Je crois que le premier changement c'est dans notre façon de faire, il faut qu'on comprenne que nous sommes là pour servir le peuple et non se servir. Il faudrait maintenant que chaque membre du gouvernement puisse respecter absolument l’acte que nous avons posé parce que la signature doit valoir quelque chose », a-t-il déclaré.    

      

Alain Diasso

Notification: 

Non