Grogne au conseil municipal de Brazzaville : la session ordinaire budgétaire renvoyée sine die

Jeudi 27 Février 2020 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Convoquée le 27 février, la session ordinaire budgétaire du Conseil départemental et municipal de Brazzaville ne s'est pas tenue. Aucune raison n'a été donnée sur ce report. Il s'agit d'un  simple boycott par les élus locaux ou encore d'une  annulation en raison des tensions qui y prévalent.

De dix heures à douze heures, l'heure prévue pour la réunion, la salle polyvalente de la mairie de Brazzaville où les élus locaux se réunissent habituellement était toujours vide. Une note signée du premier secrétaire, Clech Atipo Ngapi, fait état de ce que la session budgétaire a été simplement annulée, sans pour autant préciser les raisons. L’on se demande si cela est un report ordinaire ou un simple boycott de la part des élus locaux. Rien n’a été dit à ce propos.

Mais l’on sait seulement qu’il y a grincement de dents, ces derniers temps, à la mairie de Brazzaville. Hier, 26 février, soixante-sept conseillers, sur les cent-un que compte ce conseil, avaient signé une pétition visant la destitution pure et simple du maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba.

Ce groupe d’élus locaux majoritaires au sein de ce parlement local, reproche à ce dernier "la gabegie, la gestion opaque et non orthodoxe des finances de la mairie".

« Certains membres du bureau exécutif du conseil départemental et municipal ont déjà désapprouvé la gestion solitaire et non orthodoxe des fonds par le maire. Nous tenons à mettre un terme à cette affaire afin de sauvegarder les intérêts de la collectivité locale. Il est question aussi pour nous de sauver la deuxième moitié de notre mandat qui s’achèvera en 2022, avec un autre président ‘’capable d’assurer une gestion efficiente des affaires locales’’ », ont souligné ces conseillers dans une déclaration.

Ces conseillers ont justifié leurs accusations de détournement de fonds par, entre autres, l’échec de l’opération dite "Brazza 100 jours", initiée par Christian Roger Okemba, destinée à boucher les nids de poule qui jonchent les artères de Brazzaville. Un travail, selon eux, qui n’était juste qu’un moyen pour le maire de décaisser des fonds à son profit.                   

« Le maire a mis en place l’initiative dite "Brazza 100 jours" qu’il n’arrive pas à faire le bilan. Malgré tout, la ville de Brazzaville demeure très sale. Boucher les nids de poule avec du ciment est une bonne idée mais, le travail exécuté par une société du maire a été mal fait. La mairie de Brazzaville a beaucoup d’argent », a dénoncé le groupe d’élus locaux.

Par ailleurs, ils ont pris à témoin le gouvernement qu’ils invitent à prendre des mesures qui s’imposent pour mettre un terme à cette affaire. Ils ont aussi souhaité le contrôle de la gestion des fonds de la mairie, au titre des exercices 2018 et 2019.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

Une vue de la salle de réunion de la mairie de Brazzaville vide, à l'heure de la réunion/Photo Adiac

Notification: 

Non