Hydrocarbures: le ministère de tutelle édifie sur les prix des produits locaux

Samedi 19 Octobre 2019 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre Jean Marc Thystère Tchicaya a présidé, les 16 au 17 octobre à Pointe-Noire,  une rencontre avec les directeurs généraux des sociétés pétrolières évoluant en République du Congo, des experts et des invités. Les moyennes trimestrielles des prix fixés des produits pétroliers, au titre du troisième trimestre de l'année en cours, ont été arrêtées.

En dollars par baril, les prix se présentent comme suit :

  • Djeno Mélange : 62
  • Nkossa Blend : 61,3
  • Yombo : 67,7
  • Nkossa Butane : 29,1
  • Nkossa Propane : 23,1

          

Les moyennes des différentiels des prix des bruts congolais, en dollars par baril, sont les suivantes :

  • Djeno Mélange : 0,1 par rapport au Brent daté
  • Nkossa Blend : 0,3 par rapport au Brent daté
  • Yombo : 5,8 par rapport au Brent daté
  • Nkossa Butane : -0,1 par rapport au butane North West Europe
  • Nkossa Propane : 4,7 par rapport au Propane MONT BELVIEU.

La moyenne trimestrielle des prix fixés des hydrocarbures est de 61,7 dollars par baril, pour un différentiel de 0,4 dollars par baril.

Clôturant les travaux, le ministre Jean Marc Thystère Tchicaya a expliqué que l’analyse du marché pétrolier au troisième trimestre 2019 présente une évolution mitigée des cours du pétrole . La nécessité d’une régulation encore plus efficace des cours du brut, a-t-il indiqué, n’est plus à démontrer et pour ce faire, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a trouvé un accord avec les producteurs non membres de l’organisation, appelés Opep plus. L’objectif étant de trouver le juste équilibre et d’éviter un nouveau choc pétrolier sachant qu’un prix du baril trop bas pénaliserait les pays exportateurs et à contrario les pays consommateurs.

« Pris isolément, les pays africains ne peuvent pas lutter contre le capital pétrolier international, il nous faut donc un cadre doté d’un vrai dispositif d’intelligence économique et stratégique. L’Afrique, qui assure 12% de la production pétrolière mondiale, dépend des importations pour couvrir ses besoins en produits pétroliers estimés à 4% de la consommation mondiale. Nous dévons donc aller vers un marché pétrolier africain et c’est le rôle que nous entendons faire jouer à l’Organisation des producteurs des pétroles africains, en cela cette structure doit être dans les prochaines années, l’une des organisation sur laquelle le pays  devrait compter", a- t-il signifié . 

Cette réunion des prix a été organisée par la société Eni Congo. La prochaine  est prévue du 15 au 16 janvier 2020 et sera organisée par les sociétés pétrolières nationales.

 

 

 

Séverin Ibara

Légendes et crédits photo : 

Photo de famille

Notification: 

Non