Insécurité à Brazzaville : des présumés criminels présentés au public par la police

Samedi 19 Septembre 2020 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le directeur général de la police , Jean François Ndenguet, a  présenté au public, le 18 septembre à Brazzaville, un jeune militaire ayant ôté la vie à son prétendu rival  et des délinquants qui ont donné la mort à un commerçant ouest-africain.

L'affaire s'apparente à une histoire de jalousie. En effet,, le jeune militaire, Mick Michel Ndzoko, a assassiné son supposé rival, Chabrel Mpiéré, à l’aide d’une grenade de faible portée. Le jeune militaire a reconnu les faits et a déclaré: « avoir commis l’acte sous l’effet de la colère et de l’émotion. Ma femme m’a expliqué avoir eu des ébats  avec Chabrel Mpiéré, son ex-copain, à mon absence. Il l'a violée à deux reprises ». Mick Michel Ndzoko a lâché la grenade sur son prétendu rival dans un taxi où ils se sont rencontrés à tout hasard, selon les témoins.

Par contre au quartier Domaine, dans le neuvième arrondissement de Brazzaville, des délinquants ont été interpellés pour avoir assassiné un commerçant guinéen, Diallo,  dans la nuit du 13 au 14 septembre.

« Dans l’objectif de voler la marchandise dans la boutique du Guinéen, ces délinquants que nous présentons aujourd’hui ont agressé  puis ont tué le commerçant. Nous avons arrêté cinq d'entre eux,  deux sont en cavale.  L'enquête est en cours », a expliqué le colonel Jean Pierre Okiba, directeur départemental de la police de Brazzaville.

Les services de police ont également  présenté au public, au quartier Diata, dans le premier arrondissement de Brazzaville, trois autres jeunes qui ont défoncé,  dans la  nuit du 9 au 10 septembre, à l’aide des armes blanches, la maison privée d’un couple. Ces cambrioleurs avaient réussi d’emporter plusieurs objets de valeur  dont un ordinateur, des bijoux  et autres appareils électromenagers.

Dans les coulisses, un officier indique à la presse que la police regrette le fait que l’Etat ait relâché plus de trois cents délinquants, cambrioleurs et autres malfrats pour désengorger des prisons à cause de la pandémie de Covid-19.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

1-Le général Jean François Ndenguet écoute les dolénaces des populations/Adiac 2-Les cambrioleurs de la boutique du guinéen/ Adiac

Notification: 

Non